AccueilPortail*FAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Ezéchiel {Etoile de la Carène}

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Ezéchiel {Etoile de la Carène}   20.01.08 23:43

Nom : Quirrhyan
Prénom : Ezéchiel

Age : 23 ans
Date de naissance : 09 décembre

Statut : Roturier
Métier : Serveur / Chef Sîn

Lieu de naissance : Tsel, Ville Basse
Lieu de résidence : Tsel, Ville Basse
Lieu de travail : La Taverne de l'Erythrée, dans la Ville Basse

Emplacement de la marque : Exactement au point de Mc Burney
Constellation protectrice : La Carène
Pouvoir astral : La Carène, c’est ce que personne ne voit. C’est ce qui est invisible, mais c’est ce qui soutient. C’est l’esprit, l’âme, l’essence de l’être ou peu importe la façon dont vous appelez ça. Ces fondations, Ezéchiel peut les atteindre et les sentir. Il utilise ce pouvoir pour savoir. Savoir si on lui ment, comment tourner la conversation à son avantage, ou même pour embarrasser les gens tout simplement. Depuis peu, il a réalisé qu’il pouvait, dans une moindre mesure et en sacrifiant une quantité impressionnante d’énergie, jouer sur cette âme : apaiser un sentiment ou au contraire, l’exacerber ; faire rejaillir une humeur refoulée. Mais jamais la créer de toutes pièces. Pour l’instant, espère-t-il.

Physique : Une figure aux lignes rigides, taillées dans la pierre. Une chevelure gris argent qui lui bat les hanches. Un nez énergique. Le visage est éclairé par deux amandes couleur d’onyx, marqués par deux sourcils au trait dur. De très beaux yeux à dire vrai, qui dans leur profondeur glacée, prennent parfois une expression, sinon de douceur, de quelque chose qui y ressemble assez.

Une physionomie bien bâtie au sens athlétique du terme, plutôt longiligne et aux hanches étroites ; mais ni spécialement grand ou élégant. Et tant d'inconsciente fierté dans son port, tant d'aisance dans ses manières, tant de désinvolture pour son apparence extérieure, une assurance si hautaine dans le pouvoir de ses qualités propres ou acquises pour donner à ce physique, plus remarquable par le caractère que par la beauté, un air de prince des rues, de rebelle fier de l’être. Comme si le monde tenait à ses pieds et à ses idées. Un leader naturel.

Caractère : Une chose est sûre, on ne peut pas dire qu’Ezéchiel ait bon caractère. Les assauts de la vie l’ont marqué plus durement qu’il ne l’avouerait et a forgé son caractère dans le roc et sa langue dans l’acier. Secret, il n’aime pas se confier, ou demander de l’aide. La rue lui a apprit à se débrouiller, accepter la pitié d’autrui ne serait pour lui qu’un aveu de faiblesse et il s’y refuse. Orgueil ? Oui, sûrement. Ezéchiel se débat dans la tempête des évènements et s’il n’hésite pas à tendre la main aux plus faibles, il n’admet de sa part pas la moindre faille. Rebelle, prince délinquant, il affiche sa fierté et sa nonchalence comme un pied de nez à ces nobles qui ne savent même pas qu’il existe.

Manipulateur, il l’est. Comme tous les leaders. Ezéchiel est un chef, un de ceux qui naissent pour commander. Lui ne supporte pas les ordres, mais diriger les autres, même contre leur gré, ne le dérange pas outre mesure. Certains disent que ce n’est qu’un gamin persuadé de tout savoir, qu’il finira par se briser comme les vagues contre les récifs : ils ont tord, cela fait des années que ce n’est plus un enfant.

Signe particulier : Une longue cicatrice dans le creux de la main droite. Ce souvenir d’une lame de la Milice d’avant la reprise de la Chasse l’a obligé à devenir ambidextre.


Dernière édition par le 21.01.08 19:53, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Ezéchiel {Etoile de la Carène}   20.01.08 23:45

Histoire :
Ezéchiel n’est le gamin de personne. C’est un gamin des rues. Celui qui connaît tout le monde ou presque, qu’on retrouve toujours au milieu des bandes ou parmi les bagarreurs. Celui dont on se demande parfois, mais sans y arrêter vraiment, s’il a des parents, une famille ou n’importe qui pour s’occuper de lui. Aussi sait-on peu de choses sur le Sîn. Sa vie, ça ne concerne pas les premiers venus. Pas plus que ça regarde les autres.

Si quelqu’un connaît l’Etoile depuis longtemps, c’est le patron de la Taverne de l’Erythrée, Jérémie. Le gamin traînait dans la rue, des vêtements rapiécés à peine bons pour nettoyer une fenêtre et s’abritait sous le porche. Il n’aurait jamais réclamé quoique ce soit, ça se voyait au regard farouche qui répondait à la pitié des passants. Le manège dura quelques jours et un soir où il faisait particulièrement froid, il lui proposa d’entrer pour se réchauffer près du feu et manger quelques chose.

- Non.

Surpris, le tenancier lui demanda la raison de son refus. L’enfant grelottait et à voir son regard, il avait réellement envie d’entrer.

- Je ne veux pas mendier. Je n’ai pas d’argent pour payer.

Un soupir plus tard, Ezéchiel acceptait d’entrer à la condition de rendre quelques services à l’homme qui l’accueillait. A sept ans à peine, le garnement faisait preuve de caractère, voire même d’entêtement. Plus tard, Jérémie apprit, par le biais de sa petite fille, que sa mère était morte dans un accident causé par la Milice. Le môme ne connaissait probablement pas son père, ou celui-ci était déjà mort. Il n’était pas riche, mais il avait assez d’argent pour s’occuper du gamin. Une fois encore, celui-ci refusa tout net. Il ne voulait pas mendier. Mais il acceptait d’avoir un repas ou deux et un lit à la condition de travailler pour lui. Ainsi fut scellé un marché qui devait durer encore plusieurs années.

Sans qu’ils ne s’en rendent vraiment compte, Jérémie devint un père d’adoption pour Ezéchiel. Quand on sait pas ce qu’est un père, on ne fait pas les difficiles et le tenancier était peut-être ce qui lui était arrivé de mieux. Après la jeune Epiphanie bien sûr.

La fillette, à peine plus jeune que lui, le suivait partout, insensible aux rebuffades et au mauvais caractère de ce voyou des rues. Au contraire : plus il semblait rétif et plus elle le collait, semblant bien décidée à lui donner son affection. Il ne fallut pas tellement longtemps pour qu’elle l’apprivoise, même s’il s’en défendait devant tous, et surtout devant les autres gamins. Mais il ne trompa personne d’autre que lui-même en affirmant qu’Epiphanie pouvait bien faire ce qu’elle voulait, il s’en fichait de toute façon. Dans la bande où ils jouaient parfois, c’était bien la seule à connaître un peu ses secrets.

Pourtant, il y en avait bien un qu’il lui cachait aussi jalousement que s’il s’agissait d’un trésor. Cette marque qu’il portait, que sa mère lui avait fait promettre de toujours cacher, de ne jamais montrer à quiconque. Même à eux, lui qui était comme un père et elle, plus précieuse qu’aucune autre, il ne la leur montra jamais. Elle n’en eut pas besoin. Un soir qu’elle passait devant sa chambre, elle le vit jouer avec les Lucioles – lui ignorait à l’époque qu’on appelait ça comme ça, c’est elle qui le lui apprit – par la porte entrebaillée. Il n’en fallut pas plus pour qu’elle entre et lui somme d’arrêter.

- Tu as peur, c’est ça ? cracha-t-il, faisant taire l’angoisse qui léchait ses tempes.
- Non. C’est juste qu’il ne faut pas.
- Tu as peur parce que tu ne sais pas ce que c'est !
- N’importe quoi, je sais le faire moi aussi !

Pour prouver ses dires, elle tendit son bras découvert où la marque logeait dans le creux du coude. Il n’en avait pas fallu plus pour qu’ils se reconnaissent mutuellement et que le maigre fossé qui les séparait encore disparaisse.

Protégée par l’étoile du Compas, Epiphanie s’ingéniait à donner vie aux dessins qu’elle exécutait, maladroitement d’abord puis de mieux en mieux, avant de les détruire sans remord par le feu. Des deux, elle était la plus prudente et la plus réaliste. En revanche, Ezéchiel se demanda souvent si ses pouvoirs à lui ne se limitaient pas aux Lucioles… jusqu’à ce qu’un jour qu’il rendait visite seul à des amis (Epiphanie était alitée), il l’entende. Elle. Son esprit. Son âme. Non, entendre n’était pas le mot juste. C’était un mélange d’images floues, d’impressions, de sons et d’odeurs. Le garçon en eut le vertige, mais un sentiment dominait : la satisfaction de son égo de mâle. Lui aussi avait son don, rien qu’à lui. Epiphanie n’était pas la seule.

Alors qu’il explorait les possibilités de son empathie, cherchant où trouver son avantage, il réalisa qu’Epiphanie était la seule dont il parvenait à déchiffrer l’humeur sans qu’elle ne soit physiquement avec lui. D’où venait ce lien incongru, il ne se l’expliqua jamais et se garda bien de le dire à la jeune fille. Il n’aurait plus manqué qu’elle ne s’imagine des choses fausses. Comme par exemple que s’il débarquait à chaque fois qu’un problème lui tombait dessus, c’était parce qu’il veillait sur elle de loin.
Qu’il ne voulut pas admettre tout haut qu’elle était sa première relation n’était qu’une question de fierté mal placée, la nouveauté d’avoir quelqu’un qui attend ce gamin des rues bourré de défauts. Mais les premières danses lors de fêtes improvisées à la taverne, les premiers baisers, les premières nuits et tout un tas d’autres premières fois ; tout ça, ça ne trompe pas. Et la bague de pierre taillée grossièrement qui a fait office de bague de fiançailles non plus d’ailleurs.

A l’époque, il connaissait déjà Astéride. Il fut le premier à répondre à l’appel lancé par la belle. Et s’il n’est ni le plus ancien, ni le plus puissant ; il a le charisme d’un leader, ce charme d’un prince délinquant et ce don pour sentir la vérité. Personne, Epiphanie et Astréide mises à part, ne sait en quoi consiste exactement son pouvoir astral. Certains ont bien une petite idée, mais Ezéchiel est toujours resté silencieux à ce sujet. La Carène, ce sont les fondations. Personne ne les voit, mais on les devine parfois. Lui, il les voit, il les sent. Mais il n’en parle pas parce que c’est la vérité, qu’elle lui appartient et il n’est pas prêt de la partager avec tout le monde. Ca fait partie du personnage, de son orgueil : ses faiblesses comme ses forces, il n'y a que lui qui doit les connaître. La rue le lui a appris.

Mais la chasse reprit et Ezéchiel sut qu’il fallait fuir. Epiphanie était enceinte de lui, l’enfant à naître ne devait pas connaître ce monde qui s’enlisait dans sa misère. Fuir loin et vite. Il n’hésita pas à suivre Andréa et à soutenir l’Ancien qui leur promettait le paradis.

Un soir qu’ils rentrent chez eux, Ezéchiel sent qu’on les épie. Ces derniers mois, l’Enkidu s’est fait redoutable et des étoiles se sont éteintes. Il n’est pas rassuré, alors il propose de se séparer. Lui se chargera de semer l’agent pendant qu’elle rejoindra le hangar désaffecté. Il la retrouvera là bas dans vingt-quatre heures. Elle refuse, objecte mais il insiste, va même jusqu’à user de son pouvoir pour la persuader. Il fait taire son entêtement, et elle finit par gromeller qu’il n’en fait jamais qu’à sa tête.

Aussitôt il sort de l’immeuble où ils s’étaient cachés et marche. Il veut éloigner celui qui les file depuis le début alors malgré la fatigue et le froid, il continue jusqu’à réaliser que l’inconnu n’est qu’un voleur de bas étage qui, comme tout ceux qui vivent là, cherche un peu d’argent pour s’offrir un peu de chaleur. Son soulagement est tel qu’il ira lui donner de quoi se payer un repas.

- Où est Epiphanie ?
- On ne l’a pas vue depuis trois jours, pourquoi ?
- Elle devait venir ici.

L’angoisse renaît. Et malgré l’épuisement, il utilise son pouvoir et remonte le long du fil d’Ariane qui le lie à la jeune femme. Tout est emmêlé, embrouillé et confus, il ne comprend rien. Jusqu’à l’agonie. Ezéchiel ne hurle pas la douleur qui vient lui écraser le cœur, il serre les dents et s’acharne. Il n’a pas su la protéger, il tentera de lui offrir la mort la plus paisible possible : il ira bien au delà de ses limites par la seule force de son entêtement mais il ne tiendra jamais jusqu’à la délivrance. Pris de vertiges, il tombe, inanimé, dans les bras d’un Sîn qui passait à côté de lui.

A son réveil, plusieurs jours plus tard, Epiphanie n’est plus là. Le fil d’Ariane est rompu, coupé par Atropos. Et cette unique pensée...

Fuir. Il faut fuir ce monde qui devient fou. Mais des têtes tomberont avant qu'il ne parte.
Revenir en haut Aller en bas
Le Rêveur
"Pitiiiiééé, inscrivez-vouuuus !"

avatar

Nombre de messages : 602
Age : 27
Date d'inscription : 27/09/2006

MessageSujet: Re: Ezéchiel {Etoile de la Carène}   21.01.08 19:50

Fiche validée ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Ezéchiel {Etoile de la Carène}   

Revenir en haut Aller en bas
 
Ezéchiel {Etoile de la Carène}
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Etoile d'Elendil
» ~ Avouer ses fautes, poser une question ~ # Pv : Etoile d'Ambre #
» Une Etoile s'éteint, une autre renait... [Mort d'Etoile de Satin, Ceux qui veulent lui rendre hommage]
» L'Etoile Du Soir
» Etoile de Velours [Modo de CB]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Doom Stars :: 

.:: Enuma Elish ::.

 :: .: Fiches des Personnages :. :: .: Tombeau :.
-
Sauter vers: