AccueilPortail*FAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Oneiroi

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Éliel
.:: Le Prophète ::.

.:: Le Prophète ::.
avatar

Nombre de messages : 48
Âge du perso : 266 ans
Date d'inscription : 08/07/2007

Synthèse
* Constellation protectrice *: Verseau
* Pouvoir Astral *: Télépathie, empathie, télékynésie, ...
Particularité:

MessageSujet: Oneiroi   25.10.07 14:45

"Il n'y a pas d'autre solution."

"Si…il y en a forcément une. On ne peut pas…Je ne peux pas…"

....... "Non."

"Ecoute-le."

"Mais…" .......

..... "Tu as promis. Fais-le."

"S'ils savaient seulement…" .............

"ELIEL!"



Cet éclat de voix onirique tira le Prophète de son sommeil avec la violence d'un coup de fouet. Ses paupières se levèrent sans papillonner une seule fois, ses iris délavés se fixèrent sur le vide comme pour agripper le tissu de la réalité.

*Un rêve… juste un rêve!*

Il expira; ses muscles se détendirent et les traits de son visage s'adoucirent, tout en s'empreignant d'une muette lassitude. Encore ces songes... devait-il les écouter, ou voir en eux les prémices d'une folie qui le guettait depuis longtemps déjà…?
Son regard disparut presque complètement sous une frange de cils opalins. L'enfant cacochyme promena timidement son regard aux alentours, un peu inquiet de s'être endormi aussi facilement. Il n'était pas dans sa chambre, comme d'ordinaire.

Il "prenait l'air".

C'était Anaël qui l'avait aidé à sortir de la Clinique, lui soutenant le bras et posant une main rassurante sur ses épaules chétives. Le médecin avait raison sur ce point qu'il avait abordé dès qu'il s'était réveillé: il avait besoin de sortir un peu.
Oh bien sûr, Eliel n'avait pas pu aller bien loin, même avec l'aide du médecin.
Ils s'étaient arrêtés aux ruines très proches d'un ancien bâtiment. Des pans de murs gris s'entassaient les uns sur les autres jusqu'à une hauteur de deux mètres par endroit, et quelques herbes sèches ou d'étranges lianes blanches témoignaient de leur ancienneté. Anaël lui avait dit que c'était un endroit très calme, même si les enfants venaient parfois jouer sur les décombres et se cacher dans les cavités formées. Pour les citadins, ce n'était là que des vestiges d'une époque oubliée, un souvenir sans nom ni odeur. Mais pour Eliel, c'était encore une lame chauffée à blanc appliquée sur sa gorge. Il s'efforçait de ne pas y penser. Surtout, ne pas essayer de se rappeler ce qu'avait bien pu être cet endroit, Avant.
Eliel s'était assis sur un bloc de béton couvert d'une curieuse mousse crayeuse, et avait calé son dos contre un squelette de mur miraculeusement resté debout. Puis la voix lointaine de Raïden s'était faite entendre; on avait besoin du chef de clinique. Ophiucus l'avait donc laissé seul, non sans lui avoir demandé de l'appeler s'il se sentait trop fatigué.

Alors combien de temps avait-il dormi?

Eliel se posait souvent cette question; sa notion du temps était complètement détraquée, et il était sans cesse surpris qu'on lui apprenne que ses périodes de sommeil pouvaient durer plusieurs semaines d'affilées, si ce n'était des mois. Et dans le cas présent, regarder le ciel ne pouvait aucunement l'aider à situer l'heure de la journée.
L'Etoile poussa un soupir fugace, et tendit une main lente et tremblante vers la veste noire et chaude qui couvrait ses épaules pour la réajuster, puis leva très légèrement son regard. Tsel était sombre. Le ciel portait le deuil des Etoiles déjà tombées, et plus le temps passait, plus le Nuage devenait opaque. En six mois, la Lumière lui semblait déjà plus ténue, comme agonisante…
Les Tséliens le remarquait-il seulement, eux qui étaient si accoutumés à la pénombre?

Un bruit étrange tira Eli de ses pensées. Une sorte de couinement plaintif et répété. Il battit des cils, perplexe, et fouilla soigneusement les alentours des yeux. Il n'y avait rien d'autre que des masses de décombres, trop lourdes pour avoir été dégagées. Puis la source de ce bruit se montra, sortant d'un étroit passage, taillé sous deux blocs de bétons couchés l'un sur l'autre. Un chiot.
La petite chose blanche, tâchée de brun tout autour de l'œil droit, se dandina pour extirper son ventre rebondi du petit tunnel, puis colla sa truffe humide au sol poussiéreux. Eliel, lui, se contenta de pencher légèrement la tête de côté. Il n'avait pas vu beaucoup d'animaux, jusque là –il pensait même qu'ils avaient tout bonnement disparus en deux siècles.

Tu cherches quelque chose?

Le chiot leva ses yeux noirs vers lui, ouvrit sa minuscule gueule et battit l'air de sa queue en pointe. Une réaction qui laissa le Prophète méditatif: son don de télépathie toucherait-il aussi les animaux…? Ce serait surprenant. Quoique.
Eli esquissa ensuite un léger sourire amusé. Car oui, le mystérieux Prophète, le meneur de la Réunion, vieux de deux cent soixante six ans et des poussières était encore sensible à ce genre de petites choses gesticulantes, velues et dramatiquement mignonnes. Il tendit légèrement sa main en avant dans un geste d'invitation, et lança à tout hasard:

Viens.

Le chiot piétina sur place, s'assit, se releva, fit un tour sur lui-même tout en poussant ces couinements propres aux jeunes chiens, puis réitéra son manège sous les yeux passablement intrigués du Prophète.
Une ombre de sourire espiègle étira lentement les lèvres d'Eliel –et son visage retrouva alors un peu d'éclat, un peu de ce qu'il était, avant. Son index et son majeur s'élevèrent avec une grâce lente et prudente, et le petit indécis aux yeux noirs s'éleva délicatement dans les airs, entouré de quelques Lucioles destinées à attirer son attention –ce qui réussit plutôt bien, par ailleurs: le chiot battait énergiquement l'air de ses pattes courtes pour tenter de capturer ces particules de lumière douce.
Une fois arrivé à sa hauteur, Eliel tendit ses deux mains pour recueillir le chiot avec toute la douceur dont il était capable. Ce dernier, visiblement très satisfait du berceau creusé par les mains de l'Etoile, concentra toute son attention sur la dernière Luciole qui tournoyait lentement au-dessus de sa tête, échappant toujours à ses coups de pattes inquisiteurs.
Eliel le regarda faire, le visage détendu et souriant. Il caressa son ventre rond d'une main affectueuse, et le chiot poussa un petit cri d'exaltation aigu avant de planter ses dents quasi inexistantes sur le bout de son index. Un rire fit frissonner la cage thoracique du prophète, mais aucun son distinct ne s'échappa de ses lèvres pâles.
Au bout de quelques instants il se demanda où se trouvait la mère du chiot; il était encore jeune, un peu trop pour être un chien errant comme les autres. Ou alors, il avait déjà un maître, ce qui était déjà plus souhaitable pour lui…Eli caressa la ligne dessinée par la tâche noire tout en laissant la petite créature s'acharner sur l'extrémité de son doigt.

Pour la première fois depuis longtemps, il se surprenait à penser à autre chose qu'au Passé et au Futur, ces ombres noires qui engloutissaient, dévoraient l'Espoir comme autant de Saturnes insanes. Il détournait son regard de ces chimères hurlantes… pour les abaisser sur un chien, un simple chien dont le seul souhait était de recevoir de l'attention.
Et c'était reposant; tellement reposant...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://doomstars.darkbb.com/fiches-validees-f5/eliel-etoile-du-v
Kaliel Mearas
.:: The Little White Bird ::.

.:: The Little White Bird ::.
avatar

Nombre de messages : 616
Age : 32
Âge du perso : 17 ans (en 267)
Date d'inscription : 12/10/2007

Synthèse
* Constellation protectrice *: ¤ Columba, Columbae ¤
* Pouvoir Astral *: Lévitation
Particularité: Jeune utopiste

MessageSujet: Re: Oneiroi   29.10.07 16:30

Des "Songes solitaires.", peu de temps avant.

Il se regarde face à la glace.
Le gamin se sourît, une tristesse fugace dans son regard doré, ose un passage presqu'énamouré.
Il reste pensif à s'observer. Ce masque d'un bonheur idyllique qui strie soudainement, de quelques ondines le fard qui le couvre, malgré lui, malgré son souffle, malgré toute cette énergie qui le porte à y croire.
A se leurrer lui même, à les tromper, à le tromper ce père qu'il l'aime, celui qui ne s'autorisera jamais au repos, celui qui l'étouffe à le protéger, celui pour lequel il se garde bien de laisser transparaître, la moindre douleur, le moindre oripeau de celle qui l'a vu naître au premier sanglot.
Des mèches blondes, qui le caressent, un regard d'acier malgré l'ambre qui lui susurre de bien vouloir oublier.
Oublier l'imposture qui se joue chaque jour, oublier les ordures qui l'entourèrent dès sa naissance, oublier qu'il est étoile, oublier qu'il n'est pourtant rien, rien face à l'immensité de leur chagrin.
Il devrait pourtant les haïr, ceux qui ont bouleversé son destin, ceux qui marquèrent son âme plus que sa chair, ils devraient haïr ces humains, ces monstres qu'il juge pourtant en pair...

Il n'y parvient pas, la rancoeur s'est depuis longtemps diluée, il n'a fait que constater à quel point tous s'égaraient.

"Je n'ai que 15 ans." clame t-il à son reflet.
"Je n'ai que 15 ans et depuis le début, le fil de cette vie s'ébranle chaque fois d'une coupure de plus croyant m'élimer, elle me marque en fait, laisse l'empreinte de ses regrets.
Car je sais, je sais, qu'à l'origine, ce n'était pas ce qu'elle souhaitait."


Il se tourne, embrassant ce paysage si familier, cet appartement qui de luxe se fait sobre, ce nid chaleureux, loin des richesses exsangue d'émotions, loin du faste inanimée de cette noblesse névrosée. Sur son visage, s'appose encore, telle l'arme inébranlable qu'il brandît toujours: un sourire.
Énigmatique, souvent pensif, si semblable à l'hérédité qu'il ignore encore, et pourtant si différent, il y a dans cette commissure éclairée, tout l'amour d'un enfant, toute sa tristesse éclatée dans le méandre de ses tourments, toute sa volonté à les changer, à faire plus que son rôle lui permettrait.
Kaliel n'a pas d'autres défenses, ni d'autres attaques que sa foi et son espoir, si un seul des maux se changea, si une seule des entités rongées, se transforma en cet homme fait de bonté...
Alors d'autres aussi, d'autres aussi pourront évoluer.

Mais combien devront se sacrifier Kaliel ?
Il a fallut Aniella pour cela, il a fallut qu'elle s'éteigne, te laissant avec ce voeu pour chaîne, il a fallu sa mort pour que l'un de ses perdus daigne changer.
Combien d'autres faudra-t-il pour relever l'humanité ?
Tu refuses d'y penser gamin, tu ne veux pas penser au chagrin, tu ne veux qu'espérer, sans t'avilir, tu ne veux que prier et rêver, sans te meurtrir, et ce qui t'effleure s'éloigne déjà, devant cette naïveté que tu prône en rempart, devant cette candeur qui te pousse encore à...
Croire.


La colombe a retenu les leçons de son excursion précédente, c'est qu'en même temps, il n'avait pas prévu, à s'éloigner autant, il n'avait pas pensé s'y rendre...
Il avait juste suivi une ombre, une chimère surgit à sa mémoire, une ombre qu'il avait ensuite perdue, pour se retrouver devant cette horde de gamins charognards...
Sans qu'aucun ne le reconnaissent, aucun, comme si ces années n'avaient jamais existé, comme si leur puanteur avaient été lavées, épurées, soignées.
Il haussa les épaules, misérable, sa mâchoire se serre, ses sourcils se froncent et soudainement surgit cette haine qu'il se borne à refuser, à chasser, elle le foudroie soudainement ! Il serre les poings, se retient de ne pas crier, comme si tout son corps s'enflammait, comme s'il revivait toute cette scène... Il se dresse.
Déterminé.


Les vêtements qu'il a choisi, ne sont que des hardes quoi qu'encore trop soignées pour les tréfonds. Il s'en contente et se grime, se salit, pour parfaire son rôle, il réajuste encore une fois cette perruque blonde, garant de son anonymat, et il se jette enfin, il se jette dans le grand froid...
Il se fond parmi ceux qui le brisèrent, ceux que pourtant, il veut sauver.



Il connaît la moindre ronde, le moindre mouvement, ce labyrinthe n'est qu'un jeu, dont il lui est facile de s'échapper sans éveiller le moindre soupçon.
Et il abuse de son don pour, prenant garde aux surveillances constantes, il s'échappe.


Le gamin débraillé a erré, se perdant dans le chaos, s'en faisant l'écho et l'ombre.
Il s'est fondu en lui, observant et s'insinuant dans les méandres de l'interdit, cherchant...
Que cherches-tu à faire Kaliel ?
Que cherches-tu à savoir ? A te moquer de leur misère? Ne vois tu pas qu'il n'y a pas d'espoir ?
Tu persistes pourtant, tu persistes naïvement à espérer que tu n'es pas le dernier, que d'autres se sont sorti du charnier, que même victime, ils se sont tout de même redressé ?
Tu t'accroches à cette pensée, celle qui justifierait cette foi qui t'aide à tenir, cette foi qui le fait tressaillir et doucement évolué.
Oui, tu t'y accroches, comme un désespéré, car tu es bien seul petite colombe, bien seul dans cette immensité, dans ses décombres, malgré ses Elefs que tu croises parfois, qui t'emplisse de mélancolie, toi, tu leur souris alors qu'ils te dévisagent, meurtris.

Tu ne te souviens pas de ce qu'ils furent, mais tu entends ce qu'ils crient, là, à l'intérieur, tu les entends, muets et pourtant rageur.
Pour eux aussi, tu as envie de croire, plus que des pantins, ce sont des vies, des existences, tel les humains, tel le devenir des étoiles dont ton père pense te préserver.
Comme si tu l'ignorais


Il la touche, sa marque, pour pour se rassurer, caresse la preuve dissimulée, qu'il n'y a pas que du factice à simuler, qu'il n'est pas simple pion mais bien acteur, qu'il a plus qu'un rôle à jouer, pour... tout changer .
Pour leur bonheur.



L'enfant a longuement marché, longuement, contemplant ce ciel menaçant de tomber sur l'horreur qu'il devinait. Il fut pensif, ne se laissant approcher, connaissant bien plus la nature des êtres que son père ne le soupçonnait.
Il a marché longuement, et ne sait plus où il se trouve, si ce n'est le paysages levant doucement les voiles devant les fossiles d'un passé qu'il nous plairait à tous, de croire plus rayonnant, les restes d'un ancien bâtiment... Encore une preuve des exactions commises, l'un des stygmates lui rappelant qu'il s'échinait sans rien pouvoir ni espérer, ni concevoir...
Non.

Ses cheveux blonds volèrent en un profond dénie. Il refusait de se laisser abattre ! Il devait bien y avoir un moyen, quelque chose, quelque chose auquel on pouvait croire. Il y avait forcément un espoir.
Kaliel s'était avancé, sans faire de bruit, gravissant les entrailles de ce qui avait du être plein de vie et... s'était figé interdit.

Il n'osait plus bouger, il n'osait même plus respirer devant l'apparition, comme si soudainement son coeur s'était arrêté de battre, comme si le monde s'était pétrifié, avide de contemplation, de silence, de sensations...

Ô Temps, suspends ton vol...


Le gamin qui n'avait de cesse de trouver une raison, lui qui était accaparé par sa recherche, par la cause qu'il refusait d'abandonner malgré ses faiblesses, lui qui était en attente d'un signe, d'une vision, venait vraisemblablement de ... la rencontrer.

Éternité, néant, passé, sombres abîmes,
Que faites-vous des jours que vous engloutissez ?



L'ange -car il était impossible que ce n'en fut pas un- laissait danser cette vie autour de lui, resplendissant, éblouissant ce paysage si sombre et morne, à qui soudainement, la véritable beauté était rendue, et avant de remarquer l'animal, Kaliel découvrit la mousse sur la pierre, ces traînées de vie qui soudain se faisaient prospères, ces zébrures qui loin de prolonger le désolement, n'ouvraient qu'à un autre angle, une autre vision, comme soulignant l'illusion calomnieuse d'une vie qui était, en fait, loin d'abandonner.
Non, cette vie, cette vie résistait ! Cette vie s'éveillait, à foison mais délicate, par cette mousse, ces discrètes parures végétales, ce lichen annonciateur de renouveau, se faisant barrage à la disparition,adaptation et création en un nouvel écosystème...

Gardez de cette nuit, gardez, belle nature,
Au moins le souvenir !


Et plus encore, plus encore ce chiot - que Kaliel ne pouvait reconnaître, n'en ayant jamais vu- qui jappait joyeusement, pour ce saisir des quelques étincelles de l'être merveilleux qui de sa seule présence, venait de ranimer les lieux et la foi vacillante d'une âme nébuleuse...

Que tout ce qu'on entend, l'on voit ou l'on respire,
Tout dise : Ils ont aimé !


Et qu'ils aimeront, qu'ils aimeront encore.
Ô temps, d'une mort dont tu es l'agonie,
S'il te plait, Ô s'il te plait encore
De te souvenir de la vie...


Les extraits en italique centré,
sont issus du Lac, de Lamartine

_________________
"Du chaos naît une étoile."
Charlie Chaplin


Dernière édition par Kaliel le 02.07.09 11:42, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://doomstars.darkbb.com/t185-pigeon-celeste
Éliel
.:: Le Prophète ::.

.:: Le Prophète ::.
avatar

Nombre de messages : 48
Âge du perso : 266 ans
Date d'inscription : 08/07/2007

Synthèse
* Constellation protectrice *: Verseau
* Pouvoir Astral *: Télépathie, empathie, télékynésie, ...
Particularité:

MessageSujet: Re: Oneiroi   31.10.07 18:22

Eliel éleva son visage. Lentement, avec cette prudence machinale qu'on attribuait ordinairement aux personnes âgées. Si l'Etoile conservait les traits de ses dix-huit ans révolus, la vieillesse avait éclaboussé ses fins cheveux de blanc, délavé à l'extrême le bleu de son regard et s'était collée à son squelette pour pérenniser sa souffrance. Mais qui irait prétendre que ce garçon souffreteux au visage délicat était âgé de plus de deux siècles? Personne, voyons… On en rirait! On rirait et on s'en irait, intérieurement pensif.

Les yeux du Prophète se posèrent sur Kaliel, qui venait tout juste d'apparaître au sommet des décombres. Si son expression resta lisse de toute émotion, il était tout de même sincèrement surpris par cette apparition. Pas par le fait même qu'un adolescent vienne errer dans cette 'aire de jeux' -Anaël l'avait bien informé sur ce chapitre-, mais par…autre chose. Une chose qui ne se définit pas, ou alors avec des mots fades, bancals.
Une... "reconnaissance"?
Oui, et non. Eliel ne savait pas qui était ce jeune garçon, ni pourquoi celui-ci le fixait dans la plus totale immobilité. Il ne se pensait pas capable de différencier d'un simple regard les humains des Etoiles. Et pourtant, il se sentait un peu décontenancé par cette tête blonde et ces yeux pailletés d'or.
Il devait se tromper…

Eliel adressa un sourire de bienvenue à l'adolescent. Il avait des cheveux blonds, gorgés des quelques faibles lueurs du jour, et était vêtu comme n'importe quel enfant de la plèbe habitué à vagabonder dans les ruelles poussiéreuses de la ville. Il n'avait pas bougé d'un centimètre depuis qu'il l'avait aperçu, comme stupéfait.
Les Lucioles s'étaient déjà évanouies, comme effarouchées par cette nouvelle présence, laissant le chiot gémir et mâcher de contrariété la main redevenue inerte de l'Etoile du Verseau. Il souriait, avec une douceur qui lui était coutumière, et gardait ses yeux pâles rivés sur lui, pas avec une insistance dérangeante, mais avec une sorte d'attention tranquille, rêveuse même.

"Il… est à toi…?"

L'Ancien s'était évertué à parler le plus distinctement possible, sans les éternels bris de son souffle. Sa voix n'était pourtant restée qu'un murmure, et c'est à peine si l'on avait pu en saisir la note interrogative. Le chiot gesticulait entre ses mains, et Eliel détourna un bref instant son regard de Kaliel pour l'abaisser sur lui.

Du calme…!

Il caressa son ventre, et le petit agité jappa de contentement sans pour autant cesser de se tortiller. Un nouveau frisson de rire amusé parcourut ses épaules, puis il releva sereinement la tête vers le jeune garçon. Un éclat furtif irisa l'émail bleuté de ses yeux tandis que ce sentiment de reconnaissance émerveillée le tiraillait à nouveau. Son sourire s'étira. L'empathie faisait partie des dons éclos de sa captivité; mais il n'était presque jamais conscient que les sentiments des autres venaient parfois se fondre aux siens.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://doomstars.darkbb.com/fiches-validees-f5/eliel-etoile-du-v
Kaliel Mearas
.:: The Little White Bird ::.

.:: The Little White Bird ::.
avatar

Nombre de messages : 616
Age : 32
Âge du perso : 17 ans (en 267)
Date d'inscription : 12/10/2007

Synthèse
* Constellation protectrice *: ¤ Columba, Columbae ¤
* Pouvoir Astral *: Lévitation
Particularité: Jeune utopiste

MessageSujet: Re: Oneiroi   09.11.07 8:14

"Il… est à toi…?"

Une voix. L'apparition parle. Elle a une voix.
Elle me parle.
A moi.
Kaliel sursaute soudainement, comme émergeant violemment de sa torpeur, avalant une goulée d'air salvatrice.
    De respirer...
* J'avais oublié de respirer ! *
Sa main droite claqua vivement sur son front, contenant le rire qui menaçait de sévir, qu'il peinait à réprimander, et les sanglots d'éclater, tout à la fois. Une explosion d'émotions contradictoires, une effusion de sentiments qui le submergeait, tout entier, il happait presque l'air qui -de nouveau- venait à manquer !
Il ne sait plus où il se trouve, la bergère l'a encore éloignée de ses pairs, ceux qu'il reconnaît, ceux qui lui sont familiers, l'amenant ici, l'amenant à...
Le rencontrer.

ça lui a parlé.
Mais qu'est ce que ça lui a dit ?
Son regard se fait anxieux, il se souvient du murmure, de cette aubade discrète qu'il prit comme mélodieuse et impérieuse, réchauffante, chaleureuse dans cet air si froid, comme ses lucioles silencieuses, qui sans un bruit, criaient et scandaient la vie qu'elles illuminaient d'un peu plus de passion. Apportant éclat et vigueur en ce monde où seul le glas défraie l'horreur, le fade se teintait d'un dynamisme à tout balayer, comme la tempête qui très loin, emporterait...
Les nuages.


Il est si fragile, si délicat, si facile à briser.
Cet être d'une telle lumière, d'un tel éclat, enfermé dans un corps qui semblait sur le point de rompre, d'exploser, comme rongé par sa propre intensité.
Kaliel crut la distinguer, un instant, sa main se dressa de nouveau en rempart, rempart de son regard, comme si l'astre céleste lui-même se levait pour éprouver sa volonté à chercher, à découvrir, à être prêt...
Prêt à quoi ?
Peut-être à souffrir Kaliel, souffrir plus encore, pour protéger, cet espoir que tu t'éreintes à attiser. Prêt à endurer, à subir, et à résister Kaliel, la leçon a déjà commencé.

Un pilier

Pour tous.
Une étoile


Où l'on pourrait graviter, autour, à mimer l'univers, son ballet, peuplés de ses défauts, de ses déficiences, de ses maux et ses brillances.
Nuances de laids et de beaux, éclairs de danses, de larmes, de rires, d'expériences et d'histoires contées.
D'une voix chevrotante à l'enfantine. Toujours différente.
car le conteur différait
Mais finalement ?
C'était toujours un cycle qui y était relaté.

La naissance d'une vie.
comme celle d'une étoile
Son chemin,
ses plaies, ses ennuis, ses pleurs,
ses cris, ses rires et fureurs !
Sa lente révolution,
sa lente évolution... de l'intérieur
Le souvenirs de ses amours,
quand tout se meurt...
Le déclin de l'astre consumé, qui de ses poussière,
provoquera plus qu'une disparition:
Une myriade de naissance !
Ses cendres, répandues comme des graines,
où germeront de nouvelles constellations,
de nouveaux phénomènes et civilisations....


Il a parlé.

Kaliel est incapable de lui répondre, incapable de se souvenir, d'assimiler ce qui a bien pu se dire.
C'était important ? Il s'en mortifie ! Mais qu'avait cet inconnu pour l'impressionner autant ? L'adolescent n'allait pas réfléchir sur les causes de ses égarements.
Ils lui insufflaient tant, et tant, qu'il ne pouvait que vibrer, se plier, s'envoler avec le vent, suivre l'essence qui le portait au devant d'un futur incertain: son destin.
Il était ainsi le gamin, persuadé de finir par trouver son chemin.

Il est peut-être temps de descendre, non ?
Il sourit et tout son visage s'illumine de sympathie. Peut-être qu'il n'a pas répondu -et c'est certainement impoli- mais ce n'a pas d'importance n'est ce pas?
Dans sa hâte, qu'il a de vérifier, si tout est vrai, si ce n'est pas encore une de ses rêveries, de ses chimères qu'il se plaît à inventer, en ses promenades d'âme solitaire; il dégringole.
Kaliel reste Kaliel.
Pas un surhomme.
Juste un gamin, un rêveur, un garçon bien maladroit, qui très vite, à fixer les yeux vers celui qui brille... se prend les pieds sur ce qu'il ne voit pas...
Et s'étale de tout son long à terre.


" Aoutch..."

_________________
"Du chaos naît une étoile."
Charlie Chaplin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://doomstars.darkbb.com/t185-pigeon-celeste
Éliel
.:: Le Prophète ::.

.:: Le Prophète ::.
avatar

Nombre de messages : 48
Âge du perso : 266 ans
Date d'inscription : 08/07/2007

Synthèse
* Constellation protectrice *: Verseau
* Pouvoir Astral *: Télépathie, empathie, télékynésie, ...
Particularité:

MessageSujet: Re: Oneiroi   05.12.07 12:57

Le nouveau-venu semblait… ailleurs.
Eliel le considéra avec une sérénité patiente, un sourire brodé à la commissure de ses lèvres. Un peu comme la mère qui encourage des mots légers les premiers pas de son enfant. Le Prophète était d'une nature portée à faire confiance en n'importe qui, et sur ce chapitre, le Temps était de toute évidence resté impuissant. Eliel aimait l'humanité –encore, oui! et c'était sans doute là son plus cruel défaut.
Il avait demandé si le chiot appartenait au jeune garçon, mais ce dernier ne réagissait toujours pas, trop occupé à le dévisager muettement, et à élever de temps à autres sa main. Comme perdu. L'était-il réellement?

Eliel posa ses yeux de verre sur l'oiseau blanc qui venait de se poser au-dessus des ruines endeuillées. Il percevait chez ce garçon comme une… danse. Celle de la galaxie, gorgée et ivre de couleurs et de lumières, en lente rotation. Dansante. Chancelante, même. Brûlante, lointaine, si belle à regarder.
Le tout voilé pudiquement par cette toile diaphane qu'Eliel ne voulait pas relever entièrement.

L'Etoile du Verseau tenta d'adresser un nouveau sourire à Kaliel pour lui arracher une réponse –ou un mot, n'importe quoi. Le silence ne le dérangeait pas outre mesure, il y était bien trop accoutumé. Non, c'est juste qu'il aurait sincèrement aimé entendre le son de sa voix.
Le chiot s'était calmé, au creux de ses bras. Ses minuscules pattes antérieures blanches reposaient presque pieusement sur la main d'Eliel. Il pouvait d'ailleurs sentir sous sa paume les battements de son cœur et sa respiration apaisée. Ses yeux noirs, légèrement en amandes, semblaient fouiller cette perspective démesurée du ciel qu'il s'offrait pour y retrouver les Lucioles. Un bâillement, une petite gueule qui s'ouvre sur une rangée de minuscules dents blanches et une langue rose voûtée. Il ferma les yeux et laissa sensiblement la tête aller en arrière.

La dégringolade de Kaliel tira cependant le chiot de sa somnolence. Eliel lui se figea, interloqué par cette chute soudaine qui contrastait avec l'immobilité que le jeune garçon observait jusqu'alors. L'Ancien battit des cils deux fois, les yeux plantés sur la colombe tombée de son perchoir avec une stupeur presque enfantine. Le petit chien se tordit du mieux qu'il pu pour observer la scène, avant que les mains arachnéennes d'Eliel ne le placent docilement en position assise sur ses genoux.


"C…ca…va…?"


"…Tu ne t'es pas fait mal?"


La voix d'Eliel s'était faite soudainement plus claire, coulante comme un filet d'eau pure. Alors que ses lèvres blanches elles étaient restées closes. Il avait usé de sa télépathie pour formuler sa question, sans paraître accorder d'importance au manque cruel de normalité de ce genre de prédisposition. Mais qu'avait-il à craindre, de toute façon? C'était un enfant. Juste un enfant.


Dernière édition par Éliel le 17.04.08 17:13, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://doomstars.darkbb.com/fiches-validees-f5/eliel-etoile-du-v
Kaliel Mearas
.:: The Little White Bird ::.

.:: The Little White Bird ::.
avatar

Nombre de messages : 616
Age : 32
Âge du perso : 17 ans (en 267)
Date d'inscription : 12/10/2007

Synthèse
* Constellation protectrice *: ¤ Columba, Columbae ¤
* Pouvoir Astral *: Lévitation
Particularité: Jeune utopiste

MessageSujet: Re: Oneiroi   11.04.08 9:46

Parfois, à la surface d'une chose ne sévit qu'une teinte lisse et glacée. Grise et ternie, politesse de l'usage, face d'un reflet.
L'on se borne à se contenter d'une image en continu, d'un lisse trop parfait ou d'une morne communauté qui aurait trop peur d'exister par...
L'Extraordinaire.


Et lorsque ce tunnel sans fin d'uniformité est soudainement éclairé du phare de l'espèrance, voilà que le noir se fait aveuglement devant l'intensité de celui qui un temps, nous irradie le coeur.

C'est un peu ce qu'il ressent, ce petit bout d'homme en apprentissage. C'est ainsi qu'il le voit, ce petit prince d'autres usages. C'est une bougie vue de loin, frêle et proche d'être soufflée mais dans cette obscurité, sa seule lumière est la plus belle... des clartés.

"...Tu ne t'es pas fait mal ?"

Il l'entend, il l'entend à l'intérieur, comme si l'apparition parlait directement à son coeur.

"Je ne suis plus dans le noir" souffle l'adolescent encore essouflé.

"Je ne suis plus dans le noir" répète t-il inlassablement et se relève maladroitement.

"Parce que je vous ai trouvé." Il ose affronter l'ange si transparent, de son regard rayonnant.

Cela n'a aucun sens, mais, très franchement, se pose t-on toujours la question du pourquoi d'un ébranlement ? Pourquoi sommes nous soudainement touché, éblouit, pourquoi aime-t-on, pourquoi sourie-t-on ?

Il n'y a pas de raison.


Juste une horizon.


"Je vous ai trouvé." clame t-il en souriant.

_________________
"Du chaos naît une étoile."
Charlie Chaplin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://doomstars.darkbb.com/t185-pigeon-celeste
Éliel
.:: Le Prophète ::.

.:: Le Prophète ::.
avatar

Nombre de messages : 48
Âge du perso : 266 ans
Date d'inscription : 08/07/2007

Synthèse
* Constellation protectrice *: Verseau
* Pouvoir Astral *: Télépathie, empathie, télékynésie, ...
Particularité:

MessageSujet: Re: Oneiroi   17.04.08 17:12

Ce fut un peu comme une goutte d'eau tombant sur la surface presque huileuse d'un lac. Un faible "plop", suivi d'une kyrielle d'ondes silencieuses et éphémères; et un mot qui s'écoulait dans les eaux sombres et tranquilles de son esprit, tiédissant ses songes, éclairant comme un fane timide les profondeurs de ses pensées. Oui, une petite et grande lumière; une étoile. Une Etoile.

Bien sûr. Eliel gardait le même sourire serein, son regard posé sur l'enfant aux yeux d'or; il percevait, comme des vagues successives et chaleureuses, ou plutôt comme autant de battements d'un cœur ému, ce qui agitait les pensées de Kaliel. Son sourire vacilla comme une flamme de bougie. Et lui, vieil insensé sur son trône de ruines, avait envie de pleurer et de hurler. Devant une telle sensibilité sourdant de cette jeune âme. Et pour cette pureté scarifiée. Et pour ce froissement de plumes, et ces lumières –non, des larmes, des armes-, et ce Saturne aux lèvres poissées de sang qui gémit, et...
Le chiot piétina sa main, rappelant son esprit à la surface –suffoquant, épuisé, mais là.

"Je ne suis plus dans le noir"

Noir. Eliel inspira douloureusement l'air glacé de Tsel, son vieux cœur cahoté griffant l'étau de sa poitrine et criant grâce. Ses yeux disparurent un moment sous ses paupières, et ses lèvres redessinèrent un sourire tranquille. Noir. Le noir. Dans son cœur, ses bras, collé contre lui. Enlisé. Il comprenait. Il avait cet espoir, du moins.
Kaliel s'était relevé, et le prophète avait suivi son mouvement en élevant légèrement son menton. Il était heureux et triste à la fois. Mais pour ce bref instant, il préféra s'accrocher à cette joie de retrouver une petite goutte de ciel, une Etoile.
"Je vous ai trouvé".
Lui?
Le visage d'Eliel s'empreint l'espace d'une seconde d'une étrange expression.
On l'avait trouvé?
Trouvé. Retrouvé. Il était impossible qu'on l'ait cherché, qu'on se soit seulement souvenu de lui au bout de tant d'années. Pourtant ces mots, il ne savait qu'en penser. Pourtant…Il était heureux, aussi heureux que lorsqu'il avait reçu le secours d'Anaël, lorsqu'il avait retrouvé la première nouvelle Etoile.
…Il se sentait moins seul.

*Viens…Approche-toi…*

L'Ancien éleva faiblement sa main devant lui. C'était une invitation, presque une supplique; ils s'étaient trouvés, ou retrouvés, et il ne voulait déjà plus le voir partir, trop effrayé par le noir et le rouge, par le sang et Saturne et cet autre immortel gémissant...Et lui, savait-il à quel point sa vie était précieuse? Se doutait-il de sa force, de sa fragilité, et du danger qu'il courrait en étant ce qu'il était?
Il adressa un sourire à Kaliel. Triste. Heureux. Plein d'espoir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://doomstars.darkbb.com/fiches-validees-f5/eliel-etoile-du-v
Kaliel Mearas
.:: The Little White Bird ::.

.:: The Little White Bird ::.
avatar

Nombre de messages : 616
Age : 32
Âge du perso : 17 ans (en 267)
Date d'inscription : 12/10/2007

Synthèse
* Constellation protectrice *: ¤ Columba, Columbae ¤
* Pouvoir Astral *: Lévitation
Particularité: Jeune utopiste

MessageSujet: Re: Oneiroi   19.05.08 12:53

Kaliel sent que l'atmosphère vient de changer, pourtant, celui qu'il ne se lasse pas de dévisager, reste imperturbable...
Comme ses anciennes figures d'autres livres, d'autres temps, au sourire énigmatique, à la connaissance établie et la parole sage.

Alors là, il ne sait pas. Il ne sait vraiment pas. Ce serait idiot de croire qu'un adolescent soit assuré. Mais tous ceux qui le croisèrent eurent cette pensée "Kaliel, jamais ne doutait".
Pourtant, l'enfant ne cessait de s'interroger, de s'étioler à tant de mystères, de se déchirer en contradictions.
Il n'était pas de ses hommes nonchalants que rien n'ébranlait. Il n'était pas de ceux qui savaient. Kaliel a 16 ans, un passé loin d'être blanc, mais il reste une jeune étincelle qui s'accrochera à la moindre flamme, qui ne cherche qu'à grandir...

Il se sent penaud, tout maladroit. Il se sent ridicule, il ne sait plus que faire, s'il a commis un impair. Que fait-on dans ce genre de situation ? On ne lui avait jamais appris à lui. Même si depuis petit, il n'avait jamais appris que par lui-même, il restait un petit garçon que la splendeur intimide.

Kaliel, Kaliel, petite étoile, tu soupçonnes l'importance d'une telle rencontre, sans vraiment réaliser vers quoi elle te mènera. Tout est flou en cet univers, tout est sombre et froid, alors tu t'accroches à la première promesse... d'un nouvel éclat.

Celui qui ravivera l'humanité entière, celui qui rendra enfin, et pour tous,

La lumière...



La colombe s'approche, un peu inquiète, un peu tremblant. Il est bouleversé par cette voix, cette voix qui s'adresse à lui en secret, cette voix qui lui promet tant, cette voix qui l'ébranle. Celle à qui il sait, ne rien pouvoir dissimulé.

Kaliel est nu, devant l'immensité.


Son regard se baisse, c'est qu'il se sait souillé, qu'il craint soudainement le jugement de la créature, il craint sa voix, autant qu'il l'adule déjà.

Il est tout près. Si près que le chiot en jappe, comme désireux de manifester sa présence. Kaliel sursaute et remarque enfin, la petite boule de poil. Il s'agenouille.
De loin, l'on pourrait prendre cette scène, comme d'un adoubement, une nouvelle chevalerie, dont l'épée n'est que lumière, dont le bouclier se construit d'un sourire, dont le crédo est l'espoir..
L'espoir d'un renouveau.

L'adolescent ose -comme s'il se réveillait- un premier geste. Il approche sa main de l'animal, encore troublé. Il approche un peu sa main comme pour être rassuré.

Que tout est vrai.


Que cet éclat
...est bien réel.



[Hrp: On remarquera que Kaliel n'a -de nouveau- prononcé un mot mrs moomin
Bénie soit l'empathie et la télépathie d'Eliel pour faire avancer le jeu XD XD XD
Un mois de retard, je progresse. Je progresse . Cool]

_________________
"Du chaos naît une étoile."
Charlie Chaplin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://doomstars.darkbb.com/t185-pigeon-celeste
Éliel
.:: Le Prophète ::.

.:: Le Prophète ::.
avatar

Nombre de messages : 48
Âge du perso : 266 ans
Date d'inscription : 08/07/2007

Synthèse
* Constellation protectrice *: Verseau
* Pouvoir Astral *: Télépathie, empathie, télékynésie, ...
Particularité:

MessageSujet: Re: Oneiroi   20.05.08 20:41

La nébuleuse dansait, si doucement que sa rotation n'était peut-être que le délicat déploiement que ses doigts étoilés, l'humble frémissement de sa lumière. Une structure composée de milliers d'astres chauds, gorgées de couleurs chatoyantes, vibrantes, chuchotantes…et au milieu, la fleur sombre du secret, le cœur d'une intimité qu'Eliel ne voulait aucunement forcer. Ainsi était l'esprit de Kaliel. Son esprit tel qu'il le percevait, tel qu'il se le figurait derrière les vitres pâles de son regard.

L'Ancien gardait le même sourire aux lèvres. Tout juste cette presque imperceptible courbe rosée, cette ombre à leurs commissures; tout juste ce qu'il fallait pour ne pas trop éprouver son visage encore si peu réaccoutumé aux expressions élaborées. Le garçon aux cheveux blonds s'approcha –non, non, ce n'est pas vraiment ça…ses cheveux étaient plus foncés. Du moins, ils auraient dû l'être –, répondant à son appel psychique. Il ressentait ces vagues, ces caresses intangibles de vie, d'âme même; et tout cela lui donnait envie de sourire. Pour qu'il n'ait pas peur. Pour qu'il croie, qu'il essaye au moins. Car Anaël chérissait déjà cette croyance, ce souvenir emprunté qu'il voulait repeindre sur Tsel. Car Eliel le voulait tout autant; il voulait que Tsel croie en quelque chose.


Le prophète baissa son regard pâle, tandis que l'adolescent s'agenouillait devant lui. Le chiot à la tâche brune s'agitait, piaffait joyeusement sur ses genoux. Apparemment, la venue de Kaliel l'enchantait: il leva même une petite patte blanche et rondelette aussi haut qu'il le pu, gratta l'air un bref instant avant de l'abaisser sur la main que la jeune Etoile venait de tendre vers lui. Eliel s'en amusa, et pencha légèrement la tête de côté pour mieux observer le manège de son ami à fourrure.
Mais son regard s'égara bien vite sur la Colombe, à nouveau. Le peu de lumière que dispensait la voûte nuageuse semblait se réfugier dans les fibres blondes et denses de sa chevelure. Son visage, qu'il avait eu le temps de bien observer depuis qu'il était apparu au sommet des ruines, était harmonieux, délicat. Et quelque part, familier.

*Quel est ton nom?*

Sa voix qui s'insinuait dans l'esprit de l'enfant se faisait douce, comme ces brises estivales qui n'avaient plus caressé les joues de Tsel depuis des siècles.

*Moi…Je m'appelle Eliel.*

Le prophète étira sensiblement ses lèvres toujours closes. Sa main exténuée s'enhardie, s'éleva comme un spectre arachnéen et effleura la chevelure factice du jeune noble, là où des mèches orgueilleuses s'aventuraient sur ses tempes. Ce fut un simple geste, bref et anodin, avant que sa main de revienne docilement gésir sur ses genoux. "Tout est réel".
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://doomstars.darkbb.com/fiches-validees-f5/eliel-etoile-du-v
Kaliel Mearas
.:: The Little White Bird ::.

.:: The Little White Bird ::.
avatar

Nombre de messages : 616
Age : 32
Âge du perso : 17 ans (en 267)
Date d'inscription : 12/10/2007

Synthèse
* Constellation protectrice *: ¤ Columba, Columbae ¤
* Pouvoir Astral *: Lévitation
Particularité: Jeune utopiste

MessageSujet: Re: Oneiroi   22.05.08 18:39

Surpris par le chiot, Kaliel laissa échappé un cri. Ce n'était pas tant qu'il voyait un chien pour la première fois -il en avait déjà vu dans les livres que son père lui avait offert- il avait sûrement pu en appercevoir, lors de ses rares sorties. Les Nobles aimaient à se parer de raretées. L'animal en faisait parti.

Le sourire grandit sur son visage, lors qu'une petite langue lèchait avidement sa main tendue. Kaliel osa aller à la rencontre de sa fourure -se rapprochant encore plus, par ce geste d'Eliel- et s'enchanta de ce contact, de cette chaleur et de ce soyeux. Et le chien remuait de plus en plus rapidement sa queue, s'enhardissant à mordiller la main qui n'avait l'air de craindre rien.

La jeune étoile, en avait presque oublié d'être intimidée. Le visage avenant de son vis à vis, les sourires qu'il s'exortait à lui montrer, peu à peu, ébranlaient les rares remparts encore sur pieds. Son geste si fraternel, une caresse qui lui rappelait bien ceux d'un autre, le rare dont il acceptait l'approche physique.
Etrangement le corps de Kaliel n'avait émit aucune répulsion, il ne s'était pas reculé par reflexe, comme à chaque fois qu'un contact le surprenait.

Et puis une question surgît, que l'adolescent, bien leste, se pressa de répondre par reflexe :

-Kal... avant de se retenir.

Et de froncer les sourcils, pensifs.
Il ne révélait jamais son identitée aussi facilement, d'habitude. Plus que les autres, il devait se méfier. Plus encore que ses pairs pourchassés, plus qu'une quelconque résistance. Kaliel savait les risques qu'il encourrait, s'il était découvert. Et plus encore ceux qui pourraient peser sur cet homme qui était devenu son père...

Alors que faire ? Pourtant, cet être qui lui parlait sans mouvoir ses lèvres, cet être ne lui paraissait pas dangereux.
Il avait su s'adresser à son coeur, il avait su le boulverser. Pouvait-on en être trompé ? Est-ce que son âme pouvait être leurrée ? Par cet appel silencieux ?

Kaliel savait. Kaliel sentait qu'il avait à faire là, à une autre étoile. Plus qu'une étoile. Il en ignorait encore la portée, mais il le sentait.

Sa machoire se durcit légèrement, déchiré par la tournure de ses pensées... Il VOULAIT lui faire confiance. Oh oui, il le voulait !
Mais c'était si risqué... Il avait toujours bien sauvegardé ce secret, seul deux êtres étaient au courant de sa vraie nature.

Il baissa la tête, et les paupières. Sa chevelure factice fit s'écoula en avant. Kaliel sourît tristement en relevant la tête, vers cet homme.
La perruque dans les mains.
Il avait fait un choix. Un choix dangereux.
Celui de faire confiance à son instinct. Celui de croire en son destin.

- Je ne suis pas de ceux... Qui devraient se trouver en ses lieux.
Si quelqu'un venait à découvrir... qui je suis... Ce que je suis...
Il n'y aurait pas que mon avenir qui serait en péril. J'ai mis beaucoup de temps à... grandir. A... construire.
Les liens sont forts, mais peuvent être tranchés si aisément ! Il suffit d'une mort...
Je ne veux pas reproduire ce souvenir. Je ne veux pas que sa mort à Elle
fut inutile.
Je n'ai pas le droit de faillir, vous comprenez ?
Pas tant qu'ils ne sont pas plus nombreux, qu'ils ne sont pas plus nombreux à ne pas s'enfermer... à ouvrir leur coeur.. Je...

Il se tût aussi abruptement qu'il avait commencé sa tirade. Reprenant son souffle, son coeur battant la chamade.

- Je me nomme Kaliel.
Kaliel Mearas. Et je suis une étoile.

_________________
"Du chaos naît une étoile."
Charlie Chaplin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://doomstars.darkbb.com/t185-pigeon-celeste
Éliel
.:: Le Prophète ::.

.:: Le Prophète ::.
avatar

Nombre de messages : 48
Âge du perso : 266 ans
Date d'inscription : 08/07/2007

Synthèse
* Constellation protectrice *: Verseau
* Pouvoir Astral *: Télépathie, empathie, télékynésie, ...
Particularité:

MessageSujet: Re: Oneiroi   01.06.08 19:42

[Hum, pardon, c'est pas terrible -_-]



Eliel écouta sans ciller les paroles de la jeune Etoile, et aucun mot de sembla entacher son apparence sereine. Sauf peut-être son nom. Mearas.
L'écume brillante des vagues s'élevait en perles dans les airs. Il en respirait les embruns et contemplait le jeu trouble des courants de couleurs dans l'âme de Kaliel.
Mearas…Mearas...?
Le Prophète cligna des yeux. Cela suffit à quelques images pour revenir brûler ses paupières; l'éclat lunaire de la lame levée, le sourire du vieil homme à qui il avait promis trop de choses, le rouge et le noir, encore…

*Je suis heureux de te rencontrer. Kaliel…*

La tête d'Eliel oscilla légèrement lorsqu'il releva courageusement sa main pour toucher les vrais cheveux de l'enfant, plus doux, plus beaux que ceux de la perruque –exactement comme il les avait devinés. Ses yeux pâles souriaient avec bienveillance, et une affection toute naturelle pour ses pairs animait le moindre de ces gestes ou ridule d'expression. Les mèches incolores de ses cheveux vinrent caresser ses joues; un vent léger et froid venait de se lever. Sa main s'appesantit légèrement sur la tête de Kaliel, ses doigts délicatement enlisés dans les fibres soyeuses de sa chevelure. Immobile.
Ce garçon était un Mearas, il disait vrai; il le sentait plus qu'il le savait: ces circonvolutions gracieuses mais torturées dans son âme, ces traînées lumineuses... Elles lui étaient familières, plus encore que les traits altiers de son visage, ou que la teinte particulière de ses yeux.
Un Mearas, un noble, une Etoile…

Eliel détacha posément son regard de la colombe pour interroger silencieusement le Ciel. Cela faisait longtemps qu'il ne lui parlait plus; peut-être cette fois, consentirait-il à lui répondre?
Quelques secondes passèrent, au bout desquelles le visage Prophète s'empreignit fugitivement de détresse et de résignation conjuguées. Il baissa la tête, sourit faiblement –le sourire abattu d'un homme qui s'attendait depuis longtemps à recevoir une nouvelle désagréable. Sa main se mit délicatement en mouvement, caressant avec une tendresse infinie les cheveux de Kaliel.
La partie voilée de son coeur vibrait de quelque chose qui effrayait le Prophète. Il savait, il devinait, mais il ne voulait pas voir.
C'était bien trop douloureux.

* Oui, je crois comprendre…Moi non plus, je n'ai pas le droit de faillir. *

Tandis qu'il parlait, le chiot enhardi par les attentions de Kaliel s'acharnait avec conviction sur la main de l'enfant, emprisonnant des doigts entre ses pattes, mordillant toute chair à portée de ses crocs minuscules. Il cessa son manège l'espace d'une seconde, puis après avoir remué la queue significativement, franchit d'un bond pataud mais efficace l'espace entre les genoux du Prophète et le giron du jeune noble, pour entamer une nouvelle série d'espiègleries canines.
L'enfant cacochyme s'attarda un bref instant sur ce spectacle, amusé, puis reprit le fil de ses pensées destinées à Kaliel:

*Il y a tant de choses à protéger dans ce monde…Tu le sais, non? Nous, les Etoiles…nous avions le pouvoir de protéger tout cela, de sauver le monde et de restaurer sa beauté. *

Eliel sourit tristement, les lèvres closes.
Il repensa à des choses, et cela endormit progressivement ses frôlements sur la chevelure de l'enfant. Son pouce se coula avec douceur sur le front de la colombe, puis il ôta sa main. Son regard se posa sur lui avec une sorte de gravité marmoréenne, quoique toujours pensive, cherchant à se plonger dans les lacs poudrés d'or de ses yeux.

* Kaliel…Selon toi, le monde mérite-t-il d'être sauvé…?*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://doomstars.darkbb.com/fiches-validees-f5/eliel-etoile-du-v
Kaliel Mearas
.:: The Little White Bird ::.

.:: The Little White Bird ::.
avatar

Nombre de messages : 616
Age : 32
Âge du perso : 17 ans (en 267)
Date d'inscription : 12/10/2007

Synthèse
* Constellation protectrice *: ¤ Columba, Columbae ¤
* Pouvoir Astral *: Lévitation
Particularité: Jeune utopiste

MessageSujet: Re: Oneiroi   01.05.09 23:23

[HJ: j'ai pris quelques libertés pour enfin clore ce sujet un peu... anachronique désormais]

Mystérieux et troublant. Mais ni impérieux, ni tyran. Kaliel ignorait encore, à qui il avait vraiment à faire. Tout ce qu'il savait, tout ce qu'il sentait, c'est qu'il avait enfin trouvé... sa lumière.
Comme longtemps avant, d'autres se fièrent à l'étoile bergère. Quoi de plus naturel, pour son héritier que de trouver, ou plutôt d'être trouvé, par cette destinée qu'Elle avait tant voulu préserver.

Mais son nom, son nom, malheureux attribut d'une noblesse factice, son nom avait obtenu réaction. Infime, presqu'invisible. Sauf sur un être devenu maître de l'impassible. Sur cet individu, le moindre mouvement devenait révolution, un geste inattendu... suspendait son lot de question.

Mais Kaliel, comme un apprenti à son Maître, sentait qu'il ne devait pas interroger. Du moins, pas encore, il savait ô combien, un passé pouvait être entaché de misère et de sang... comme d'erreurs. Et il connaissait malheureusement, certains des "exploits" de sa lignée... chasseuse d'étoile.

Qui ne connaissait pas les Mearas ?

Et soudain, après l'imperceptible obscurité, son visage s'éclaire et l'irradie comme une promesse non formulée. L'adolescent se dit que son cœur n'est pas loin d'exploser. Il n'est plus en proie au doute, désormais.
Il sait. Il sait. Qu'il a choisi. Qu'il a bien fait.

Mais le guide lui aussi, semble douter, le regard attentif de l'enfant, devient interrogateur, autant devant cette tendresse, que ce doute qu'il voit frémir.
Oui l'entreprise est longue et hardie (même s'il ne sait pas trop bien quelle est-elle et jusqu'où son rôle le mènera), oui tout ceci est lourd et difficile mais...
Kaliel a trouvé un de ces autres, un de ces autres qui lui ressemble, qui plus encore : sait.

- On doit faire de notre mieux, se surprend-t-il à affirmer, comme désireux de solidifier un peu la conviction de son hôte.

- ... même si... cela paraît insensé et désespéré.
Je crois que, même sali, on empêchera pas les étoiles de briller.


Il ponctue cette phrase d'un sourire, prit d'une nouvelle conviction, quand le chiot se rappelle à lui, le faisant presque sursauter de cette réaction.
Il se saisit du chien avec beaucoup de délicatesse, lui tapote doucement sur la tête, en entamant une ronde avec ses mains, que le chiot se hâte de poursuivre en jappant allègrement.

Le contact de son pouce - de cette main, qu'il avait presque oublié, le ramène à son sagace interlocuteur.

Oh oui, il sait, il opine gravement de la tête, comme si ces paroles devenaient soudainement cruciales. Mais il ne sait pas trop comment agir, pour l'instant, et c'est une myriade de questions qui se reflète à l'orée de son regard, pour sombrer vers le sol, pensivement, avant de se relever fièrement :

- Je ne suis pas assez bon juge pour savoir qui mérite quoi. Moi, ce que je veux, c'est juste... laisser une chance.
Laisser une chance de pouvoir évoluer.
Il y a beaucoup de meurtrissures, beaucoup de déchets, de dégâts qu'on ne pourra jamais réparé.


Silence, il est en lui-même à cet instant.
Puis il reprend, farouche :

- Mais si on ne laisse à personne, la chance de se rattraper, la chance de tout changer, si on les enfonce, plutôt que de leur montrer qu'il y a d'autres possibilités, alors...
Ce ne sera pas eux les monstres, mais nous : les cruautés.

... Je crois... qu'on a tous droit... à une seconde chance.



Pour ceux qui n'ont pas pu parler, pour ceux qui ne le pourront jamais, pour ceux qui s'aveuglent pour ne pas se blesser... pour tout ceux qui ont peur d'avancer... d'améliorer... Ce qui est tant difficile à construire...
Oui, ce monde, mérite d'être sauvé.


Leur discussion continuerait encore, prise de silence, et de tirades plus animées. Mais le plus important était accompli, ces deux êtres savaient désormais qu'ils étaient liés.
Kaliel avait confié au prophète sa vie entière.

- Si ma misérable existence, peut aider à leur rendre de l'espoir, alors... je ferai tout, tout pour ça. Eliel, je crois que tu es cet espoir là, cette "seconde chance", alors je ferai tout mon possible.
Même si ça me coutera... ma vie.


L'air, lui-même était devenu lourd et grave, chargé de ce pacte, pleins de présages et de sacrifices. Le sage avait tristement sourît, et effleuré la joue de l'adolescent. Il avait là, la première de ses étoiles partisanes.
La première pierre de l'édifice : La réunion.

Et si l'heure était aux séparations, les deux êtres savaient qu'ils se retrouveraient. Ils étaient liés.
Kaliel œuvrerait désormais, à rassembler les âmes stellaires, pour ce vœu commun... qui aurait fait pleurer, sa mère, de fierté.

Encore loin de l'incident, du trou béant qui menaçait la noblesse, encore loin des Sîns vilipendé, et de la vengeances des Alberick. Pas encore ébranlé, du sommeil futur, de l'homme devenu son Maître.

Kaliel rejoignait ce qui n'était plus pour longtemps : son foyer.


FIN DU SUJET



=> Vers le Pairidaeza :"Refuge", retrouvailles fortuis avec Cyanure.

_________________
"Du chaos naît une étoile."
Charlie Chaplin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://doomstars.darkbb.com/t185-pigeon-celeste
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Oneiroi   

Revenir en haut Aller en bas
 
Oneiroi
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Lorsqu'une ombre en surveille une autre...
» Shawn Lovely, Oneiroi pour vous servir!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Doom Stars :: 

.:: Tsel ::.

.: Ville Basse :.

 :: Les rues :: Clinique médicale
-
Sauter vers: