AccueilPortail*FAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Oubli, petite fille...(Suite Fatécieuse destinée )

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Astéride
.:: Chef Sîn ::.
.:: Chef Sîn ::.
avatar

Nombre de messages : 189
Âge du perso : 30 ans
Date d'inscription : 28/09/2007

Synthèse
* Constellation protectrice *: Triangle Australe
* Pouvoir Astral *: Triangle d'Illusions
Particularité:
MessageSujet: Oubli, petite fille...(Suite Fatécieuse destinée )   06.10.07 17:06

-Ecoutez...Fermez les yeux et écoutez...

Elle murmure a l'oreille de la pureté et de l'innocence. Elle susure, tentatrice, suave. Le rythme est envoutant, un coeur qui bat, le coeur de Sîn, le coeur de la Ville Basse. Il pulse, il rythme, il ensorcelle par sa rage primaire, par cette joie. Rumeur primitive, pulsation tribale faite de percutions. Tambours frappés par l'essence même de la terre.

Ils sont là, alignés, ils sont torse nus, leur peau luit de la passion, ils frappent en cadence, ils frappent le rythme cardiaque de la terre, ils imposent leur rage. Doucement, Ash' pousse l'enfant, elle la pousse vers la liberté, vers la sauvagerie de l'homme. Elle connait, elle connait cet instant où tous oublient ce qu'ils sont, où ils laissent resurgir leur férocité...la foule, subjuguée, envoutée, s'écarte doucement sur leur passage.

Grondement sourds, tambours vibrant, visages figés dans l'extase. Ils hurlent leur bestialité, leur violence....

-Regardez...

Toujours cette voix, subtile filet, elle ne parlera pas plus fort, elle ne veut pas briser l'instant. Là, au centre, ensorcelés se dresse deux hommes, deux forces, deux titans de pierre...L'instant devient brûlant. Cela va commencer...

Ils se regardent, ils se jaugent...Seulement vêtu d'un pantalon, ils laissent leurs corps exposés aux regards assoifés, ils sont beaux, ils sont puissants...Ils vont s'affronter. Ils vont laisser parler leur sauvagerie, leur fougue, deux félins de chair. Les lignes sont brutes, sensuelles, lascifs, ils se tournent autour..La pulsation accélère, plus vite, plus vite...Elle trouve son echo dans leur poitrine a tous, dans leur sang, il bouillonne, il rêve de liberté....

Les tigres se frôlent, leur yeux sont de braise...Une danse, une danse tribale. Ils s'enlacent, s'écartent, repartent a l'assaut. Ils sont si puissants, la terre embrasse leur pas, ils virevoltent, sautent, se caressent dans la violence alanguie. Ils s'effleurent, esquivent, ils dansent...Les gestes sont fougueux, ils sont voluptée, ils sont désir...l'air devient feu, les clameurs montent...

-Vous sentez ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://doomstars.darkbb.com/fiches-valides-f5/astride-etoile-du-
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Oubli, petite fille...(Suite Fatécieuse destinée )   06.10.07 17:38

La nuit se fait douce alors qu'elle abrite ces deux silhouettes féminines qui se fondent en elle et s'en vont rejoindre le troupeau des ombres. Elle sait où se rendent ces deux ombres à la démarche chaloupée. Et la nuit laisse sa fille la lune déchirer un peu ses profondes ténèbres pour venir éclairer leurs pas. La panthère sure d'elle et la colombe si fragile. Et la pâle clarté les guide de sa douce et diffuse lumière jusqu'à ce qu'elles soient happées par ce gouffre noir qu'est le hangar. La nuit les abandonne alors à la chaleur et à la folle ivresse de la fête qui se déroule içi.

A l'intérieur les deux compagnes dans un tout autre univers. A peine a t'elle mis un pied dans ce lieu qui lui était encore inconnu que la jeune femme sent un souffle chaud venir l'enlacer et lentement s'insinuer en elle. Elle se sent enfin revivre, ou peut être même plus simplement vivre. La chaleur envahit son corps alors que cette étrange mais ô combien envoutante mélodie entonnée par les tambours lui parviennent. Déjà Raïden est toute autre. Sa tête se met doucement à balancer, son corps semble pris d'une véritable frénésie de se mouvoir sur ce son si langoureux, si sensuel. Ses lèvres se soulèvent en un sourire émerveillé alors qu'elle laisse Tri l'entraîner doucement vers un lieu que beaucoup considèreraient comme l'antre même de la perdition.

Elle avance guidée par la voix de la tentation. Elle fend la foule et s'approche. Ses yeux se posent alors sur ces êtres, ces hommes à la beauté presque irréelle qui se dressent de toute leur stature à quelques pas à peine. Raïden rougit de ses pensées lorsqu'elle se surprend à imaginer qu'il lui suffirait simplement de tendre la main pour en caresser la si magnifique enveloppe de chair.


- " Si cela est l'Enfer alors je veux bien être damnée à l'instant même..."
murmure t'elle dans un souffle alors que le combat est sur le point de commencer.

Raïden assiste, fascinée, au spectacle de ces deux corps parfaits qui se frôlent et se heurtent avec grâce, puissance et beauté. Son coeur se met à palpiter dans son sein alors qu'elle découvre cette danse tribale. Autant de sensualité, autant de virilité... La jeune femme se sent subitement attirée, séduite. Elle voudrait que jamais ce spectacle ne s'arrête, que cette nuit dure éternellement.Oubliée la Clinique et ses trop nombreux patients... Oublié cet homme qui l'attend chez elle pour pouvoir mieux se défouler... Oublié même cet impassible docteur qui l'a si maladroitement blessée... Raïden oublie déjà tout cela pour n'être plus qu'une femme désireuse de se perdre, de s'abandonner toute entière à ce nouvel univers.


- " Encore... Plus... J'en veux plus encore ... Je veux me perdre à jamais..."
demande t'elle dans un murmure, ses yeux ambrés se tournant avides et radieux vers sa guide.

Raïden a laissé le délicieux poison de la fête pénétrer en elel et déjà elle s'y adonne avec délectation. Loin d'être rassasiée, elle en redemande... Elle en a besoin.
Revenir en haut Aller en bas
Astéride
.:: Chef Sîn ::.
.:: Chef Sîn ::.
avatar

Nombre de messages : 189
Âge du perso : 30 ans
Date d'inscription : 28/09/2007

Synthèse
* Constellation protectrice *: Triangle Australe
* Pouvoir Astral *: Triangle d'Illusions
Particularité:
MessageSujet: Re: Oubli, petite fille...(Suite Fatécieuse destinée )   06.10.07 17:51


-Ce n'est pas la damnation, Raïden, c'est la vie...La vie célébrée...


Ash' caresse des yeux les danseurs, les guerriers. Ils sont parfait, sensuels, animés de rage. La chaleur monte, encore...Et ce n'est que le début. D'autres viendront, d'autres laisseront parler leur fougue...Des hommes, des femmes...

Les tambours se font plus puissants, plus sombre, le rythme s'endors doucement...La sueur scintillent sur la peau blanche des félins...Nuls gagnants, nul perdant..Chacun a prouver sa force. L'enfant est subjuguée, l'enfant oublie..Les tigres se regardent encore, puis, il cherche l'admiration de la foule, de leur...Reine. Ash' sourit. La pureté réclame la vie, alors elle lève une main et pointe un doigt fin. L'homme a comprit, il a comprit que sa Souveraine l'appelle. Il s'approche, les muscles roulent sous sa peau. Il la regarde, il regarde l'enfant, s'interroge, alors Sîn parle.

-Apprends a mon amie ce qu'est la vie acclamée par les Sîns, mais conserve les limites, un dérapage serait...Malvenu et très regrettable.

l'enfant est pure, elle devra le rester...Elle se réchaufera aux feux ardents de la vie, mais ne se brûlera pas. Ainsi en a décidé Sîn.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://doomstars.darkbb.com/fiches-valides-f5/astride-etoile-du-
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Oubli, petite fille...(Suite Fatécieuse destinée )   06.10.07 19:07

La rumeur s'élève doucement dans la salle alors que le combat prend fin entre les deux tigres sans qu'aucun n'ait pu prendre le dessus sur l'autre. La foulle applaudit, ronronne devant ce festin qui vient de lui être servi. Pourtantsa faim n'est pas satisfaite. Elle en veut encore, d'avantage... Elle est avide de cette vie qui s'enlace sur cette scène, vibrante de sensualité, gorgée de fièvre. Cette même fièvre qui s'empare si irrémédiablement de la colombe alors qu'elle sent ces deux grands yeux se poser sur elle et glisser lentement, si lentement sur son corps. Son coeur se met à battre à tout rompre lorsque les mots de Tri lui parviennent, porteurs de tant de promesses. Elle n'ose comprendre ce qu'elle entend, elle n'ose croire ce qui, pourtant, est bel et bien sur le point de lui arriver.

- " Tri... ? Que... ?"
demande t'elle timidement, presque interdite sur le coup.

Mais le temps de la réflexion ne lui est pas accordé. Elle a demandé et sa mystérieuse compagne, la Reine de ces lieux, a décidé de l'exaucer. Elle tremble un peu alors qu'elle sent ces mains puissantes agripper les siennes et l'entrainer vers la scène. Elle sent sur elle des régards avides et intrigués se poser pendant que les tambours se font doucement entendre, faisant résonner leur lascive et languissante mélopée. Déjà le pied de la pureté se pose sur la scène. Elle se sent perdue mais le tigre est là, près, si près d'elle. Raiden voit son bien singulier cavalier plonger son regard dans l'ambre de ses yeux. Orbes magnifiques et étincellantes où la jeune femme lit toute la vie, la force qui sont siennes. Et Raïden s'abandonne, s'enivre de ce regard.

Elle n'est plus colombe, elle n'est plus pureté... Juste une femme heureuse et avide de se perdre dans cette vision de la vie qu'elle a pu admiré quelques instants plus tôt. Elle qui se connaissait maladroite et timide se découvre pleine d'assurance et lascive. Elle laisse peu à peu la musique prendre possession de son corps. Soumise au regard de braise du tigre, elle le laisse s'approcher et poser ses mains d'acier sur ses hanches.


- " Aies confiance en moi... Il ne t'arrivera rien... Rien que du bien, je te le promets... Laisses moi te montrer l'éclat de la vie."
lui sussure t'il d'une voix chaude et rauque.

Elle acquiesce, déjà offerte. Ses bras se soulèvent gracieusement alors qu'elle sent son pull lui être enlevé, la soulageant d'un poids et d'une protection contre le froid devenue bien inutile maintenant. Car le froid n'est plus. Raïden n'est plus que feu ardent qui se laisse entrainer dans cette danse sensuelle et magique.

Ses jambes effilées se dévoilent sous cette jupe virevoltante tandis que son bustier laisse ses épaules délicieusement exposées. Et bientôt son corps se fait liane ondulante alors que, portée par la musique, Raïden entre dans la danse. Ses gestes sont légers et aériens alors qu'elle suit son partenaire. La peau luisante et si douce de cet éphèbe la grise et l'appelle. Elle se fait panthère alors qu'elle esquive son étreinte pour ensuite mieux s'y abandonner. Raïden aime sentir le contact de ses bras autour de son corps, elle aime les sensations que font naître en elle les effleurements sur sa peau nue. Le corps de ces deux êtres se quittent pour mieux se retrouver. Ils s'enlacent, ne faisant pour un instant plus qu'un. Leurs coeurs se frôlent et se bousculent pendant que leurs mains se joigent pour mieux se séparer ensuite. Raïden et cet homme vibrent de tous leurs muscles. Leurs regards se croisent, s'appellent et se trouvent. La scène est leur terrain et il s'y livrent une bien tendre et lascive guerre.

La panthère chasse le tigre ... ou peut être est ce l'inverse ? Peu importe... Ils sont félins, ils sont beaux et enivrent de leur sensualité la foule ravie. Les deux êtres se trouvent et soudain le tigre se fait velours alors qu'il enlace la jeune panthère... Ses bras l'étreignent avec fermeté mais tellement de douceur qu'elle s'y glisse avec douceur. Tout comme elle n'oppose pas la moindre résistance lorsque le tigre, triomphant, s'empare des lèvres de Raïden.
Revenir en haut Aller en bas
Astéride
.:: Chef Sîn ::.
.:: Chef Sîn ::.
avatar

Nombre de messages : 189
Âge du perso : 30 ans
Date d'inscription : 28/09/2007

Synthèse
* Constellation protectrice *: Triangle Australe
* Pouvoir Astral *: Triangle d'Illusions
Particularité:
MessageSujet: Re: Oubli, petite fille...(Suite Fatécieuse destinée )   06.10.07 19:46

L'air vibre, l'air pulse, l'air ondule. Ash' sourit, Ash' devient reine, elle devient Déesse. Elle regarde la colombe se perdre, s'oublier, découvrir ce que cache sa vie, sa douceur. Raïden, tu es femme, n'oublie pas...

Alors elle survole les siens, elle rit devant la convoitise qui anime les yeux mâles. Mais la colombe est intouchable. Ils le savent, tous, ils le savent. Alors, la reine s'ouvre, elle se dévoile un instant. Le souffle se retient. Il est rare cet instant où la souveraine offre sa danse...Si rare...trop peu savent ce qu'elle cache, trop peu savent ce qu'elle dissimule...Ils sont ardents les yeux qui se posent sur elle, sur la colombe. Le désir, l'envie, la chaleur...Les couples s'enivrent l'un de l'autre, les instincts s'éveillent...Sîn entre dans la danse.

La tigresse avance...Silhouette ondoyante, ligne louvoyante, gestes alanguis de cette reine en son royaume, reine qui protége sa Princesse. Danse, colombe, danse encore, mais évites les machoires de fer de l'horreur. Féline, Ash' dévoile sa puissance, sa voluptée. Crinière d'or, elle ondoie, liane d'offrande, elle plie, flamme impudique, ode charnel a ce que la vie leur offre.

Ash' n'oublie pas, Ash' ne s'oublie jamais, mais elle offre son chant, celui de son corps...Le sang pulse a ses tempes, le sang bat si fort...Musique primaire, mélodie brutes...

Sîn se donne au son lascif des tambours, Sîn ondule et envoute...Souple, elle plie la taille sur le bras d'un fou, d'un fou assez téméraire pour enlacer sa Reine. Elle rit a la face de l'impudent et s'enivre vers d'autre bras... Ce soir, la tigresse offre sa danse...Echo ondoyant a celle de cette femme, de cette colombe qu'ils ne connaissent pas, mais qui enivre...

Le mâle domine la colombe, la tigresse rugit. Caressante, elle lui rappelle qui est maîtresse en ces lieux...Puis, elle s'en détourne, la danse ronronne, la danse affole, la danse comme seule loi...Le désir, la convoitise, la sauvagerie, comme seuls caps.

La danse sera son cadeau, nul ne pourra se targuer de posséder la Reine, toujours elle échappe, elle ondule, drainant force et voluptée dans son sillage...Ils la suivent, tous, tous, ils cherchent la vie, l'oubli...Ils dansent, tous....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://doomstars.darkbb.com/fiches-valides-f5/astride-etoile-du-
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Oubli, petite fille...(Suite Fatécieuse destinée )   06.10.07 20:37

La Reine s'est levée , entraînant à sa suite sa cour dévouée et admirative. Majestueuse et somptueuse cette femme qui s'offre ainsi dans la danse tout en restant pourtant la plus innaccessible de toutes. Belle est cette tigresse qui ondule, affolant les sens des mâles présents. Elle danse, charme et enivre et pourtant elle semble si pure d'un coup. Les rôles s'inversent lentement alors que la tigresse se montre sage dans son manque de pudeur et que la colombe se laisse complaisemment griser par l'empire des sens.

Un instant encore la colombe laisse son regard errer sur cette femme qu'elle admire et à qui elle doit de se découvrir si pleinement femme. Et malgré les mises en garde de la Reine, la colombe veut encore et pour toujours se perdre dans cette volupté si nouvelle à ses yeux. Alors elle oublie et jette aux orties sa pureté et laisse son corps s'exprimer. Elle danse lascivement, venant à nouveau trouver ce tigre qui l'a vaincue une fois mais auquel elle demande sa revanche. Elle sent d'autres félins tenter de l'attirer à eux. Mais elle se dérobe à leurs bras trop avides, trop respectueux et s'en va défier celui qu'elle sait apte à l'enivrer.

Cette fois c'est elle qui prend l'initiative, se moquant bien des restriction imposées par la Reine. Elle se fait flammêche alors qu'elle ondule avec sensualité jusqu'à lui. La colombe capture dans l'ambre de ses yeux le jais de ceux du tigre. Elle sourit et lui tend sa main en une lascive invitation. Celui ci hésite, jette un regard dubitatif en direction de sa Reine, mais Raïden ne lui laissera pas le choix. Pour une fois la colombe sait ce qu'elle veut et elle l'aura. Pour une fois elle dirige et la femme qu'elle est n'écoutera rien d'autre que son instinct.

Elle ose et s'aventure dans le dos du tigre, laissant à son tour ses mains fines se poser sur les hanches droites de l'homme. Son souffle vient caresser son dos et remonter jusque dans sa nuque et c'est elel qui cette fois, de sa voix de velous, lui murmure mutine :


- " Aies confiance... Il ne t'arrivera rien... Tu ne crains rien : je ne veux qu'une danse... Même ta Reine ne saurait m'en tenir rigueur... Une danse pour la Vie avant de replonger dans les ténèbres froides du dehos... Laisses toi donc tenter petit tigre..."


Ses lèvres effleurent la peau du mâle en autant d'aériens baisers. Elel distille ses mots avec douceur et un charme ensorcelant. Le tigre hésite, sait ce qu'il encourt mais ne résiste guère longtemps. Alors, doucement, il se saisit de la belle et si innocente colombe et l'entraîne un peu en retrait... Là où les lumières de brillent plus, là où ils ne pourront êtres vus.

Et la danse reprend, toujours aussi lascive et sensuelle. Les deux corps se cherchent et se trouvent mais sans plus se perdre à présent.Ils ondulent au rythme lancinant des tambours. Les mains se joignent puis s'égarent. Les lèvres frémissent lorsqu'elles se trouvent et se découvrent.


Dernière édition par le 06.10.07 20:59, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Astéride
.:: Chef Sîn ::.
.:: Chef Sîn ::.
avatar

Nombre de messages : 189
Âge du perso : 30 ans
Date d'inscription : 28/09/2007

Synthèse
* Constellation protectrice *: Triangle Australe
* Pouvoir Astral *: Triangle d'Illusions
Particularité:
MessageSujet: Re: Oubli, petite fille...(Suite Fatécieuse destinée )   06.10.07 20:55

Défie, petit félin, Ash' voit l'outrage. Elle en rit car elle sait qu'il n'est qu'un homme qui cède, mais le tigre est dangereux, beaucoup trop pour cette enfant.

Ash' sait le monde qui enivre la colombe, elle l'a créer pour l'homme qui se perds, pour la femme qui pleure...Pas pour une pureté trop fraîche.

Mais qui est elle pour entraver les désirs d'une femme ? Personne. Alors, elle danse lascivement, sa main vole et se pose sur une épaule masculine.

Silence.

L'image se fige. Le coeur s'arrête, la Reine fourdoie d'un oeil sombre l'impudent. Elle cherche le regard de l'enfant, elle cherche a savoir si l'enfant sait que demain sera un autre, si elle sait que cette nuit sera la marche de son ascention, si elle sait que sa vie va basculer...Si elle se donne maintenant, en ces lieux, elle sera changer. Sait elle tout cela ou était elle illusionnée de vapeurs brûlantes...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://doomstars.darkbb.com/fiches-valides-f5/astride-etoile-du-
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Oubli, petite fille...(Suite Fatécieuse destinée )   06.10.07 21:50

Mains habiles et avides qui se posent sur sa peau, en explorant les trésors jusque là bafoués. Lèvres satinées qui embrassent le tigre qui s'aventure bien loin des limites de la raison. Deux corps qui se découvrent, s'appellent, s'unissent petit à petit avec harmonie et fougue. La passion de la Vie les a unit par la danse et ils s'abandonnent, s'offrent l'un à l'autre.

Vague de plaisir qui se retire si brutalement lorsque se posent sur ce couple enlacé un pénétrant et péremptoire regard. La Reine intervient, son regard se fait acier lorsqu'il pétrifie le tigre mais il se fait presqu'aussitôt plus doux lorsqu'il cherche les orbes ambrées. La colombe alors se fait sourire et reconnaissance pour cette agnifique Reine. Elle ne parle pas, nul n'en est besoin. Elle était enfant en entrant en ces lieux et par la magie de cette nuit irréelle elle est en train de devenir femme. Une femme plus forte et indépendante. Une femme qui exhale une sensualité et une volupté bien trop longtemps contenue et qu'elle souhaite laisser s'épanouir. Raïden sourit, l'air heureux et comblée pour la première fois depuis leur rencontre.

Elle sait qu'elle est en train de s'engager sur une voie dont elle ne reviendra probablement jamais ou totalement transformée. Elle sait que l'aube viendra bientôt et que la nuit disparaitra, entrainant avec elle les excès et les égarements d'une nuit d'ivresse. La colombe n'a pas peur. Elle se découvre... Auprès de Tri, dans cet entrepot, dans les bras de ce tigre... Elle se découvre et se sent enfin elle même. Si parfaitement et totalement elle même...

Alors elle saisit la main de son amant et l'amène doucement à elle. Les mains de la belle se perdent à nouveau dans cette chevelure blonde, sur ce corps aux muscles si parfaitement dessinés. Ses yeux se font rieurs, mutins et si engageants pour son amant. Elle se fait maîtresse, amante alors qu'elle boit ses lèvres et l'entraîne avec elle dans la pénombre. Et là, dans la bienveillante obscurité, Raïden s'offre et prend. Raïden aime et se laisse aimer. Raîden exalte, soupire, tremble, frissone. Raïden vit.
Revenir en haut Aller en bas
Astéride
.:: Chef Sîn ::.
.:: Chef Sîn ::.
avatar

Nombre de messages : 189
Âge du perso : 30 ans
Date d'inscription : 28/09/2007

Synthèse
* Constellation protectrice *: Triangle Australe
* Pouvoir Astral *: Triangle d'Illusions
Particularité:
MessageSujet: Re: Oubli, petite fille...(Suite Fatécieuse destinée )   06.10.07 22:27

L'homme se fige, il soutint son regard, une seconde, deux...Puis baisse les yeux, Ash' tourne le feux fou de son regard sur Raïden. Ses lèvres s'incurvent doucement, complices.

Alors la reine frappe dans ses mains, le son résonne, ils n'attendent que cela ! Il n'espère que la renaissance de la folie, du désir, de la sensualité...

La terre revit, ombrageuse, sauvage, fougueuse, de nouveau les tambours prennent d'assaut la foule, ils hurlent de leur voix sourde et envoutante, la tigresse se retire, doucereuse. Elle vit, la colombe, elle vit enfin. Connaître l'amour physique, connaître ces tourments, elle sait Ash', même si la reine reste pure. Plus tard, lorsque l'ombre étendra de nouveau son aura sur le monde, la colombe retrouvera le chemin de son guide. Mais l'instant n'est pas à l'oppression, juste a l'envie de se retrouver désirable et désiré, juste aux instants savoureux, écrins des caresses fuyantes.

Une porte qui s'ouvre sur ce que l'ont est sans les carcans de la morale, une envie dévorante de chanter sa vie...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://doomstars.darkbb.com/fiches-valides-f5/astride-etoile-du-
Joaquim
.:: Reflet d'Etoile ::.

.:: Reflet d'Etoile ::.
avatar

Nombre de messages : 61
Date d'inscription : 01/10/2007

Synthèse
* Constellation protectrice *: Boussole
* Pouvoir Astral *: Qu'une voix vous guide.
Particularité:

MessageSujet: Re: Oubli, petite fille...(Suite Fatécieuse destinée )   07.10.07 5:04

[coucou, j'espère que je peux toujours venir squatter ^^
Bon par contre le début sera un peu hors sujet désolé]


Une nuit sans étoile.


Les étoiles ne sont plus dans le ciel. Elles l’ont laissé noir, sombre et nuageux.
Même lorsque les rayons du Soleil caché n’éclairent pas le nuage de la prison qu’est devenue la terre, on sent sa présence dans les airs, on sent qu’il nous enferme, qu’il nous oppresse, on sent qu’il est là pour nous empêcher de nous envoler, de planer avec la liberté, il nous empêche de rêver.

Une nuit noire.


Une nuit parfaite pour abriter les pleurs d’un frère sans sœur.

Une nuit noire qui résonne des bruits de ses pas.

Il est là. Joaquim.

Un manteau d’hiver même si le froid lui importe peu.

Sombre. Mains dans les poches, il avance à travers les rues de la ville déserte. La nuit est profonde, perdue dans les ténèbres. Mais de but il n’en a pas et il n’a pas peur de se perdre.

De toute façon, il ne peut pas. Il ne peut plus se perdre. La lumière de sa sœur ne l’éclaire plus de son innocence, mais elle continue de le guider. Il sait où aller sans même vouloir s’y rendre.

Il est silencieux. Les sanglots ont cessé de secouer son corps.
Ses larmes ont trop coulé pour pouvoir encore exister, pour pouvoir encore briller au coin de ses yeux. Elles ne lui ont laissé qu’un goût amer, de tristesse et de colère.

Comment peut-il continuer ? Comment faire pour vivre encore ?

Sans elle.

Sans sa petite sœur.

Sans son étoile.


Il l’aimait tellement. Il avait juré de la protéger. Mais il a échoué.

Il entend encore son rire percuter son cœur. Son âme se réchauffe à la pensée de ses sourires. Mais tout disparaît, tout se glace et pleur quand il se souvient qu’il ne la verra plus jamais, elle, les émeraudes de ses yeux, les perles de son sourire et il n’entendra plus le cristal de son rire. Elle était si fragile, si innocente. Elle ne méritait pas de partir.

Il serre les poings et se plaque dos au mur, rejetant sa tête en arrière et levant les yeux au ciel. Il espère pouvoir la voir, reconnaître son éclat, l’entendre lui parler à travers la brise légère qui joue dans ses cheveux, caresse son visage et fait voleter son manteau. Mais il n’y a rien.

Elle est partie.


Il l’a abandonné. Il l’a laissé mourir. Il l’a laissé partir.

Il frappe de ses bras et de ses poings contre le mur, se retourne et frappe encore. Il frappe de toutes ses forces contre le mur, encore, encore, encore, encore. Il frappe et crie sa rage, sa peine.

A bout de forces il se laisse tombé à genoux sur la froide humidité du trottoir, appuyé, les deux bras pliés, sur le mur.

Sa respiration est vive et essoufflée. Son cœur bat et frappe ses tempes. Mais peu à peu ils se calment. Une respiration plus lente, plus profonde. Des battements plus réguliers, moins sonores.

Il finit par s’assoire en s’adossant au mur. Les genoux repliés et les bras posés dessus. Son regard se perd et se ferme.

C’est alors qu’il l’entend.

Elle plane dans le vent jusqu’à lui. Elle envahit petit à petit la rue déserte et silencieuse. Elle est belle. Elle est enivrante. Elle est envoûtante. Elle est entraînante. Elle est musique et instinctivement Elle l’appelle.

Il se lève. Et d’un pas vif se dirige. Au son et à l’astrale.

Elle est toujours là, Elle bat dans les airs. Rythme et mélodie. Harmonie et percussion. Pulsation de la musique et pulsation du cœur.

Elle augmente, Elle grandit. Elle l’envahit de plus en plus.

Bientôt il s’arrête. Elle est là, devant lui. Elle bat et fait trembler des murs, un bâtiment, un hangar. Un lieu qu’il ne connaît pas mais dont il a déjà entendu parler. Elle est à l’intérieur, dans un ventre sombre et froid qui semble gonflé de chaleur et de lumière. La vie explose et danse à l’intérieur. Elle est là, à porter de bras, à porter de pas, à porter de danse.

Il reste figé à l’écouter un moment. Tout le reste semble s’être arrêté. Il n’entend que la musique. Il ne sent que ses vibrations dans son corps. Il ne voit que du noir percé de lumière.

Il s’avance et pénètre dans l’antre des péchés.

Alors Elle le submerge. Il vibre et tremble. La musique est si intense, si puissante. Son cœur bat à son rythme. Son cœur respire avec son harmonie. Il trésaille et frissonne.

Sous ses yeux des corps suaves, des corps puissants, en mouvement, des corps qui dansent, ivres de vie et de musique. Les péchés vibrent de la folie vivante et vibrante de la musique. Ils respirent, ils transpirent. Ils sont beaux. Ils sont rêves, illusions, perdition, appels à la tentation.

Joaquim les observe, s’enivrant de musique et respirant leur chaleur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://doomstars.darkbb.com/tombeau-f44/joaquim-t31.htm
Astéride
.:: Chef Sîn ::.
.:: Chef Sîn ::.
avatar

Nombre de messages : 189
Âge du perso : 30 ans
Date d'inscription : 28/09/2007

Synthèse
* Constellation protectrice *: Triangle Australe
* Pouvoir Astral *: Triangle d'Illusions
Particularité:
MessageSujet: Re: Oubli, petite fille...(Suite Fatécieuse destinée )   07.10.07 12:07

Oubli...Ils oubliaient tout dans la chaleur, dans l'enivrante extase qu'était cette soirée hors du temps. Féline, Ash' parcourt son antre, qu'ils rient, qu'ils dansent, qu'ils se donnent et recoivent. Les horreurs de la vie, les immondices d'une vie de misère, les déjections d'une existence minable. Ils se perdent et oublient.

Ce n'est qu'illusions, ce n'est qu'éphémère, mais si intense, si brûlant. Ils en on besoin pour vivre encore...Demain sera terne, demain sera misère, mais ce soir, ils sont tous Seigneurs, tous Dieux, ce soir...Ils s'aimeront tous a en perdre haleine.

Ash' glisse dans l'atmosphère enfumée, elle traverse les voiles, elle n'oublie pas. Jamais. Mais elle offre cette joie a la Plèbe, elle ouvre pour eux un univers d'irréel dans lequel elle navigue, maître d'orchestre de leur désir et envie. Les danses sont vibrantes, les chants sont odes..Ivres, ils sont tous ivres de liberté et de passion...Seule la Reine semble étrangement absente, mais elle ne peut se laisser aller a l'extase des rêves...La colombe s'enivre et le tigre sera doux, ses crocs inoffensifs, arrachés par le regard de son chef...Oublie, colombe....

Qui es tu petite silhouette ? Les feux nébuleux de Ash' se pose sur cette frêle ombre qui vient se réchauffer, elle ne le connait pas, la curiosité l'étreint...Il est en perdition, il a froid...La tigresse s'approche, doucement...Il hésite, il regarde mais hésite.

-Qu'attends tu pour te joindre a la liesse ?

Ash' sourit, Ash' est conquêrante en son domaine, elle invite...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://doomstars.darkbb.com/fiches-valides-f5/astride-etoile-du-
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Oubli, petite fille...(Suite Fatécieuse destinée )   07.10.07 14:04

Infinie volupté qui se drappe sensuellement autour de cette colombe et de son tigre. Le fauve se fait doux alors qu'il enivre les sens de sa belle, l'emmenant se perdre dans un monde où tout n'est que douceur et plaisir. Il est ardent mais se retient, contient sa fougue pour ne pas blesser l'enfant. Sa Reine ne l'aurait pas permis. Alors l'amant se nimbe de délicatesse et se prend au jeu. Il aime cette douceur, cette tendresse auxquelles il est si peu habitué pourtant. Mais la colombe irradie, exhalte entre ses bras puissants et le tigre s'en émeut. Il aime alors. Cela est éphémère, illusoir presque. Les corps s'offrent et se prennent mais déjà ils ont exhultés. La fièvre les quitte peu à peu, la réalité de la nuit et de la fête reprend peu à peu ses droits, brisant cette bulle de volupté qui enchassait les deux amants d'un soir.

Les regards se croisent, les lèvres se joignent une dernière fois. Le tigre parle, tente de prolonger cette exquise ivresse des sens, mais déjà la colombe s'envole. Elle irradie, lumineuse femme comblée, alors qu'elle dépose sur sa joue un bien innocent baiser pour mieux s'éloigner ensuite. Raîden rayonne, plus épanouie que jamais, mais elle n'en a même pas conscience. Elle erre seule au milieu de cette foule enivrée et joyeuse qu'elle comprend si bien maintenant. Elle comprend, connait cette soif de vivre auquel elle s'est abandonnée elle aussi. Elle se fond dans cette foule à laquelle elle se sent un peu appartenir maintenant. Raïden voulait s'enfuir et c'est ce qu'elle a fait. elle a oublié. Oublié tout ce qui est extérieur à ce hangar, tout ce qui n'est pas fête, vie ou volupté. Elle était entrer enfant elle ressortira femme.

Raïden virevolte, répondant à chaque sourire qu'elel croise, laissant des bras étrangers et inconnus la capturer un instant pour mieux la faire danser. Raïden jouit pleinement de cette si belle parenthèse qui lui est offerte. Elle est ivre, mais pas d'alcool, non la jeune femme est ivre de passion pour la Vie. Alors elle cherche des yeux celle à qui elel doit tout cela. Elle cherche Tri. Son regard accroche la chevelure dorée de la Reine et aussitôt Raïden se précipite vers elle.

Elle arrive, le visage radieux, le corps encore transi de passion. Elle arrive et ne remarque même pas la mince silhouette masculine qui se trouve présente elle aussi. Rieuse, heureuse, comblée même, la colombe se laisse transporter par sa nouvelle joie. Elle enlace furtivement la Reine et dépose sur sa joue un baiser reconnaissant.


- " Merci ! Merci de m'avoir ramenée à la vie Tri ! "
glisse t'elle doucement au creux de son oreille.

Puis elle s'écarte, plus lumineuse que jamais perdue dans ses ténèbres bienveillantes. Elle s'éloigne et remarque enfin la présence du jeune homme. Souriante, elle le salua d'un geste de la main.


- " La Reine de ces lieux aurait elle trouvé une nouvelle âme égarée et triste a qui il faille insuffler un peu de Vie ?"
murmura t'elle doucement.
Revenir en haut Aller en bas
Joaquim
.:: Reflet d'Etoile ::.

.:: Reflet d'Etoile ::.
avatar

Nombre de messages : 61
Date d'inscription : 01/10/2007

Synthèse
* Constellation protectrice *: Boussole
* Pouvoir Astral *: Qu'une voix vous guide.
Particularité:

MessageSujet: Re: Oubli, petite fille...(Suite Fatécieuse destinée )   07.10.07 18:00

Vibrations de la musique. Pulsation du son. Le froid du dehors semble un souvenir lointain et insondable dans ce lieu de fièvre et de chaleur. La fête vibre, respire, vie et pousse les âmes perdues à vivre et s’élancer dans la danse.

Son corps vibre avant de bouger. Son corps bat avant de danser. Il sent les pulsations, les vibrations, les ondulations de la musique parcourir son cœur et son corps, qui battent à ses tempes, qui font trembler ses mains.

Abandon irréel, abandon rêver, presque inespéré. Mais a-t-il le droit d’être là ? A-t-il le droit d’écouter la musique, de sentir le rythme l’envahir et l’encourager à bouger, à danser, à vibrer ? En a-t-il le droit ?

Ash’â aurait aimé cela. Elle aurait rit et se serait élancée parmi les danseurs.

Lui n’ose pas, il ne se lance pas, il ne veut pas, il ne sait pas s'il peut, s'il en a le droit.

Il ferme les yeux et écoute la musique le transpercer, le transporter loin, loin de lui-même, loin de son corps et quelque part loin de sa peine.

A la musique, au tumulte de la fête et de son sang, se rajoute une voix. Claire et présente malgré le bruit, malgré les sons menaçant de la recouvrir.

Joaquim ouvre à nouveau les yeux et tourne son regard vers la voix. Une jeune femme.
Un regard de ciel. La nuit, ou le crépuscule, bleu sombre. La nuit sans le nuage. La nuit libre et pure.
Une chevelure d’astre. Rivière où une ruée fouilla. Mer embellie par le reflet métallique de soleil doré aux infinis carats.

Proposition, invitation, tentation. Rejoindre la liesse. Rejoindre la fête. Laisser son corps danser. S’abandonner comme les autres à la vie et à la musique.

Etrange mystère bientôt enlacé par un oisillon ivre de vie et de joie.
Une autre jeune femme danse la foule et enlace celle qui a parlé à Joaquim, celle qui l’a invité à se laisser aller. Elle salue Joaquim. Enfin c’est ce que Joaquim croit voir mais il ne répond pas. Il ne veut pas entendre sa voix. Il ne veut que sentir la musique vibrer dans sa tête. Et il ne peut faire un mouvement. Il ne peut bouger si ce n’est pour danser.
Alors il regarde dans les yeux de nuit, l’invitation, la tentation.
Il la regarde dans les yeux.

Des gestes simples, délicats, presque absents, mystères d'un corps qui se meut seul. Son manteau tombe par terre. Il retire ses pieds de ses bottes. Sa chemise glisse de ses bras. Il ne l’a pas quittée des yeux.

Sa peau claire est maintenant réchauffée par la lumière rougeoyante du hangar. La fine délicatesse de ses muscles est maintenant caressée par la chaleur enivrée parfumée par la passion, le rêve et la transpiration des êtres en vie.

Il s’avance vers la foule. Il marche en direction de la vie, de la danse, de la folie. Ses yeux ne quittent toujours pas la belle à la crinière d’or. Puis...

Il se laisse emporter par la musique. Ses muscles s’éveillent. Son corps vibre et respire. Il danse. Emporté par le rythme, par la musique. Envolé, il se laisse aller à la volupté de l’harmonie. Il danse. Mouvements maîtrisés, rythmés, élancés. Souplesse. Grâce. Agilité. Beauté. Il danse. Enlacé par la magie de la musique, par la magie des sons, par la magie des percussions, il danse et bientôt ne sent plus que la musique qui vit en lui, que son corps qui vibre en elle.

Il ne quitte toujours pas les yeux de la corruptrice tigresse, sauf lorsque ses gestes et mouvements ne l’obligent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://doomstars.darkbb.com/tombeau-f44/joaquim-t31.htm
Astéride
.:: Chef Sîn ::.
.:: Chef Sîn ::.
avatar

Nombre de messages : 189
Âge du perso : 30 ans
Date d'inscription : 28/09/2007

Synthèse
* Constellation protectrice *: Triangle Australe
* Pouvoir Astral *: Triangle d'Illusions
Particularité:
MessageSujet: Re: Oubli, petite fille...(Suite Fatécieuse destinée )   07.10.07 20:47

La vie pulse, hymne éternelle de leur existence. Les corps s'échauffent, se meuvent, parfois s'unissent sous l'oeil bienveillant de l'ombre. Nuls jugements ne viendra ternir les yeux avides, chacun exprime sa joie comme il le désire...

Les battements de la terre s'amplifient, résonne jusque dans leur sang. Ash' regarde et observe, Ash' reste insensible au parfum de souffre. Elle sourit lorsque la colombre revient, irradiant d'une féminité nouvellement acquise, rayonnant d'un désir assouvi, d'une liberté retrouvé. La petite mésange est devenu paon. La tigresse accueille l'embrassade sur un sourire un peu étrange, un petit absent. Mais les orbes d'ombre ne quittent pas cet inconnu...Elle lit, elle lit si bien sur ses traits, elle décrypte si facilement ce qui ondule dans son regard. L'homme se perds et s'oublie, il s'ouvre à la mélopée primaire des tambours, apprends la brutalité et la sauvagerie du monde..La colombe parle, mais Ash' n'écoute pas, entends mais n'écoute pas...

Il deviens ivre, envouté, le rythme a pénétré jusqu'à son essence et il s'offre a son chant. La Reine sourit, la Reine regarde, la tigresse admire..Il est beau ainsi, dansant sur les chemin de ses illusions, il est magnifique nimbé des voiles ondoyants de l'ode vitale, il est désir brûlant de s'offrir aux masques ensorcelés....

A son tour, il invite, il charme, il séduit...mais la Reine est intouchable, charmée, séduite, mais inaccessible...Juste un regard qui l'encense, juste un souffle qui la flatte..il lui offre sa danse, celle qui l'habite, celle qui ne nait qu'aux mélopées de l'univers et Ash' se delecte de cet hommage, s'en émeut. Deleste toi de tes chaines...Il danse..
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://doomstars.darkbb.com/fiches-valides-f5/astride-etoile-du-
Andréa

avatar

Nombre de messages : 280
Âge du perso : 268 ans
Date d'inscription : 24/01/2007

Synthèse
* Constellation protectrice *: Balance
* Pouvoir Astral *: Manipulation des Ombres et de la Lumière
Particularité:

MessageSujet: Re: Oubli, petite fille...(Suite Fatécieuse destinée )   07.10.07 21:35

(Opération incrustation à la fiesta I'm the best )

Il est là. Depuis le début il observe, il reste silencieusement dissimulé dans un coin d'ombre. Il a vu le hangar s'emplir peu à peu de gens tous différents, tous porteurs de passés bien distincts, tous un peu étrangers les uns aux autres. Mais poussé par la même envie de renaître ce soir, attirer par le même désir de s'éveiller enfin à la vie. Car la vie ce n'est pas ce quotidien froid et gris, ce nuage qui obscurcit leur ciel. La vie est ici, dans la lumière chaude et les couleurs éclatantes, dans la musique primaire, envoûtante, captivante. La fête ensorcelle, tous oublient le temps d'une soirée.

Il a posé sur chacun d'eux un regard bienveillant. Il sait qu'ils ont besoin de ce moment, de cette nuit, pour survivre à des lendemains plus sombres. Il a parfois trouver un de ses frères, une de ses soeurs, Etoiles parmis la plèbe. Eux qui ont plus encore besoin de vie que n'importe quel humain. Il est resté dans l'ombre. Même lorsque le sons des tambours a commencé à faire vibrer son corps à lui aussi, même lorsqu'il a senti en lui ce besoin de vivre. Même lorsqu'instinctivement il a senti la danse l'appeler. Il est resté dans l'ombre lorsque la Reine est entrée. Majestueuse souveraine au pouvoir absolu, régnant sans partage sur son peuple.

Les fêtes Sîns sont toujours un éxutoires à toutes les douleurs, et toutes les peines se dissolvent ici comme la neige autrefois fondait au soleil. Andréa est toujours impressioné lorsqu'il assiste à cet élan de vie, de passion, d'ivresse des sens, de l'esprit et du corps. Lui, lui l'Ancien, lui qui a tant vu dans sa vie, il est toujours impressioné par ces fêtes. Impressioné par ces danses, duels agressifs, combats sensuels, presque charnels, aux mouvements si pleins de grâces et presque lascifs.

Le Guide a vu la jeune femme amené par Astéride se dévoiler lentement, s'éveiller à la vie comme un enfant qui ouvre les yeux sur le monde, se montrer femme, s'exposer aux regards puis disparaître dans l'ombre d'un désir. Il a vu la foule s'ennivrer, s'agiter, s'abandonner, glisser dans la débauche et le stupre. Il a senti la terre battre sous ses pieds. Il a ressenti lui aussi la musique pulser dans ses veines aussi chaude que son sang bouillonant.

Alors il est sorti de l'ombre. La lumière si vive a enflammé ses cheveux roux, illuminé son regard si clair. Sa marche lente, empreinte de cette grâce particulière, nimbé d'une sagesse émanante de chacun de ses geste, son assurance centenaire, son visage mélancolique marque par ce sourire toujours si doux, si tendre, presque compatissant, toute son attitude marqué par un passé bien plus lourd que celui de n'importe qui, et par une espérance farouche, tout cela attire sur lui des regards intrigué. Il parraît décalé, à part, si calme dans l'agitation, comme un rocher solide dans la tempête. Certains le reconnaissent, il est leur Guide, mais ils ne disent mot.

Il se dirige sans hésitation vers la Reine, il la regarde comme son égal, respecteux mais sans soumission aucune dans son regard. Ce qui parraît audace est bien plus légitime que la foule des danseurs ne le pensent. Son sourire est toujours là. Il voit bien l'attention de la reine captivé par un jeune danseur encore perdu, sur la voie de l'oublie. Alors son regard glisse, dévie sur la jeune femme qui est à ses côtés. Son sourire s'accentue, son regard se fait plus vif.

"Bonsoir..."

Une voix douce, étonemment claire, comme diluer d'avoir trop parlé.

"Il ne me semble pas vous avoir déjà vu dans l'une de ces fêtes..."

Il sembe étrangement régner sur toute cette foule, peut être même sur cette Reine à qui pourtant il n'ôte rien de son pouvoir. Il parraît juste au dessus, au dessus de toute cette agitation, au dessus de cet oublie et de cette vie qu'ils cherchent tous. Il semble si vieux, si vieux derrière sa jeunesse apparente. C'est comme si un mystère se cachait derrière chacun de ses gestes, derrière cet oeil borgne masqué par un cache-oeil, derrière les blessures apparentes et dissimulés...

(woua ça fait bien bien longtemps que j'ai pas posté un pavé moi u_u pardon pour les fautes pas le temps de relire ^^)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://doomstars.darkbb.com/fiches-valides-f5/andra-etoile-de-la
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Oubli, petite fille...(Suite Fatécieuse destinée )   09.10.07 18:08

La nuit se fait magie dans ce hangar. Et toutes ces âmes qui, dans quelques heures à peine, ne seront peut être plus que désespoir et tristesse, oui toutes ces âmes se laissent glisser, victimes consentantes, dans un tourbillon d'ivresse et de plaisir. La musique pulse dans l'air, charme et entraine avec elle tous ces êtres si avides de Vie. Elle les prend dans ses bras, les invite lascivement à s'oublier, se perdre, s'unir même. Que la nuit révèle en eux ce que le jour ne leur autorisera jamais ! qu'ils se découvrent, se dévoilent ! Ce soir, içi, ils vivront pour mieux dépérir demain peut être...Mais qu'importe... Le jour est encore tellement loin...

La Reine régne sur sa cour. Elle sourit à la colombe pour mieux la délaisser ensuite. son attention est tout à ce nouvel arrivant, cet être qui semblait perdu et qui maintenant se laisse lui aussi porter par la liesse générale. Il danse l'inconnu. Il danse et se révèle libre et merveilleux. Il danse et tente de séduire la Reine. Il semble l'appeller à lui, l'invite à partager une danse. Mais la Reine, bien que sensible à un tel hommage, reste pure et intouchable. Elle est Reine et ne laissera jamais personne l'atteindre.

Raïden sourit tendrement devant cette femme qui la fascine au point de l'admirer. Elle admire cette force sans pour autant l'envier. Elle admire cette beauté majestueuse mais n'en éprouve pas la moindre jalousie. La jeune femme éprouve une infinie reconnaissance et même une certaine tendresse pour cette femme à qui elle doit son magnifique éveil à la vie.

La jeune femme laisse à nouveau son corps libre d'onduler sur cette si enivrante musique lorsque son regard est attiré par une silhouette qui se meut, lente et grâcile parmi la foule. Un être dont la chevelure aussi ardente qu'un brasier resplendit dans ces ténèbres. Un homme dont la démarche souple et tranquille se détache parmi cette fièvre générale. Serein, beau dans sa tranquilité, il avance. Il émane de lui une force encore plus grande et enveloppante que celle dont Tri est empreinte. L'homme avance et ses yeux se posent sur la Reine. Une lueur d'étonnement illumine un instant le regard ambré de la colombe alors qu'elle ne voit ni crainte ni soumission dans le regard de l'homme pour Tri. Il regarde la Reine sans décotion, sans défi non plus.

Puis l'homme pose son regard clair sur la colombe et celle ci lui répond par un sourire. Cet oeil la trouble comme s'il avait pu lire en elle. Raïden ignore qui est cet homme mais elle aprécie la douceur de sa voix, le calme dont il fait preuve. Tous se sont laissés happer par la liesse ambiante alors que lui semble la survoler, hors d'atteinte. Elle aime cela.


- " Bonsoir"
répondit elle à son tour en esquissant un radieux sourire.

Raïden sourit et continue de danser, son corps semblant lui échapper pour mieux répondre à l'appel lancinant de la danse. Elle ondule, incapable de se retenir et sa voix mélodieuse s'élève dans les airs alors qu'elle répond simplement :


- " Le hasard a voulu que mes pas croisent, ce soir, ceux d'une Reine et que celle ci me fasse la joie et le plaisir de me faire découvrir ces fêtes... Cet ôde à la vie... Je lui en suis fort gré... Sans elle je n'aurais peut être jamais su ce que le mot "vivre" signifiait réellement..."
Revenir en haut Aller en bas
Joaquim
.:: Reflet d'Etoile ::.

.:: Reflet d'Etoile ::.
avatar

Nombre de messages : 61
Date d'inscription : 01/10/2007

Synthèse
* Constellation protectrice *: Boussole
* Pouvoir Astral *: Qu'une voix vous guide.
Particularité:

MessageSujet: Re: Oubli, petite fille...(Suite Fatécieuse destinée )   10.10.07 1:07

Un monde qui n’est pas le sien.

Joaquim a compris où il se trouvait. Qui était ces personnes, ces êtres en vie dansant afin que la nuit retarde le jour, retarde le moment où il faudrait se rendre compte que nous sommes dans un enfer glacé et que la vie ne vaut rien dans cette ville.

Il a vu les regards des autres sur la jeune femme qui le fixait, sur la jeune femme qu’il a osé regarder dans les yeux si intensément. Pourquoi tant de respect ? Presque de la crainte parfois.

Ne serait-elle pas ?

Il ne finit pas sa question. Il n’y répond pas.

Alors il continue de danser. La seule chose qui peut vraiment avoir de l’importance. Il ne veut rien savoir, il n’a besoin de rien d’autre que de la musique qui bat à son sang. Il danse et continue comme si son cœur allait s’arrêter de battre au moindre arrêt.

Une troisième personne arrive. Joaquim la voit d’abord du coin de l’œil mais il peut l’observer de mieux en mieux à mesure qu’elle se rapproche de la chevelure de soleil et de son amie brune. Intrigué il s’arrête un moment et les observe.

Ils se détachent tellement du reste de la foule, des danseurs en transe qui laisse la musique vivre en eux. Regard sombre, intense. Légèreté souriante. Calme imposant.

A les observer de loin, à les observer en étant au milieu d’une foule vivante et vibrante, il a une étrange impression. Comme s’il s’était introduit dans un monde, dans un endroit, mystérieux et qui renfermé tellement de choses auxquelles il n’avait pas droit, auxquelles il n’était pas censé avoir accès. Ce monde n’est pas le sien. Ces gens sont à part, si loin de lui.
Comme un vertige qui l’assaille, il se sent s’éloigner de plus en plus, il part, loin de ces gens aussi déroutants que captivants, ces personnes aussi mystérieuses que curieusement attirantes. Il part de plus en plus, en esprit, en lui. Tout disparaît, tout s’efface, comme des traits de couleurs vives qui barrent et cachent de plus en plus vite ce monde interdit.
Bientôt il ne reste plus rien que la musique, que le son, les vibrations.

Alors il décide de reprendre sa danse, de reprendre la vie en cours et d’exploser parmi les corps et les couleurs. Il danse et se perd dans la foule. Il ne sait pas où il va, il suit ses pas, il suit le rythme. Il ne sait même pas s’il avance.
Tout ce qu’il sait c’est qu’il danse. Il danse encore et toujours plus. Emporté, transporté par la musique. Il n’a pas le droit à ce monde. Il va s’effacer bientôt, d’un trait, d’un coup de pinceau. Alors il doit en profiter, voler le plus de magie et de lumière possible avant que le noir ne revienne, avant que les souvenirs de se libèrent du voile qu’il a posé, que sa peine se libère de ses chaînes. Il doit danser, vibrer, vivre.

Il danse de plus en plus vite, de plus en plus intensément. Il suit la musique, ou peut-être pas. Elle se mélange au battement de son cœur, aux vibrations de son sang, aux tourbillon de son esprit qui se vide pour ne se remplire que de sensations, que d’impressions, d’odeurs et de sons.

Plus vite. Plus fort. S’est-il perdu au milieu de la foule ? Comment le dire ? Il faudrait s’arrêter, s’arrêter de danser pour regarder. Et il ne veut pas, pas maintenant, pas encore.

Il danse et danse et s’emporte vers une transe. Il a l’impression de s’élever de plus en plus haut, de plus en plus vite.

Et bientôt.

Il retombe.


Lentement. Au ralentit.

Après la folie, la frénésie de sa danse, le temps semble s’arrêter.

Il tombe. Il n’en peut plus. Son corps n’en peut plus. Et quelque part il choisit de tomber.

Il ne sent pas, ou peu, le choc. Mais il y en a un et il se retrouve au sol. Dos contre le sol humide, percuté de milles vibrations. Les yeux se perdent dans les airs, sur le plafond. Il ne distingue pas bien. Ombres et ténèbres peu percées et rendues mystérieuses par la lumière d’en bas.

Son cœur bat si fort si vite qu’il a l’impression que son corps se lève à chaque impulsion de sang. Il est tellement essoufflé qu’il a l’impression de ne plus respirer.

Il n’arrive plus à bouger.

Il ne peut qu’attendre que son sang s’apaise. Que son souffle reprenne.
Il ne veut qu’attendre.

Il est grisé par cette respiration saccadée, ces inspirations profondes. Il est ivre de ses tempes qui battent et lui font mal, de ces vertiges qui l’étourdissent. Il a encore dans le corps, le cœur et l’esprit la danse, la musique et la vie.
Mais plus que tout ce qui dessine un sourire sur ses lèvres.

C’est la menace, le danger. La menace des danseurs, de ces pieds qui battent et frappent et pourraient le piétiner. Ils dansent, ils ne le voient pas, ils ne se rendent pas compte qu’il est là. Leur pieds volent dans les airs et s’abattent sur le sol si violemment.

Si violemment, si fréquemment qu’il pourrait mourir ainsi, enseveli par la danse.

Et son sourire s’agrandit. Et son sourire s’agrandit alors que son esprit se vide et qu’il arrive enfin à ne penser à rien, flottant dans une sorte de transe de fatigue et d’euphorie.


[hj: j'espère que c'est pas trop n'importe quoi/nul. désolé d'avoir l'air de me la jouer perso mais je ne savais pas comment venir vers vous.]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://doomstars.darkbb.com/tombeau-f44/joaquim-t31.htm
Astéride
.:: Chef Sîn ::.
.:: Chef Sîn ::.
avatar

Nombre de messages : 189
Âge du perso : 30 ans
Date d'inscription : 28/09/2007

Synthèse
* Constellation protectrice *: Triangle Australe
* Pouvoir Astral *: Triangle d'Illusions
Particularité:
MessageSujet: Re: Oubli, petite fille...(Suite Fatécieuse destinée )   13.10.07 19:41

Elle regarde oui, sourit...Aussi...On la pense subjuguée, on la pense fascinée, peut être on-t-il raison. Mais Sîn ne l'est pas assez pour ignorer cette présence, cette ombre qui se font lentement dans la masse. Aura puissante et sage, douce mais si forte. Un mur qui s'avance avec la douceur de l'eau. Elle ferme les yeux, imagine la foule s'ouvrir tel la mer rouge devant un bâton de bois noueux, elle « voit » la silhouette qui marche, un sourire qui se dessine, une majesté que seul les Rois possèdent, une classe que seul les dieux peuvent se targuer d'avoir. Elle sait les regards qui le suive, elle sait les pensées qui s'agitent...Mais tout s'efface lorsque la musique s'elève...

Elle affronte le feu et l'emeraude, elle est le respect et l'hommage alors qu'elle sourit a son tour. Il ne lui parle pas, pas encore, non, il s'adresse a la colombe. Alors la Reine s'ombre d'un regard rieur avant de reporter son attention sur l'homme qui s'oublie avec une telle passion. Il s'oublie, tourne, tourne, si vite qu'il se perds corps et âme...Si vite qu'il s'égare dans la foule, si vite, qu'il erre et tombe.

La tigresse bouge, elle fends la foule, ils s'écartent, laissant devant ses yeux le spectacle d'un danseur qui meurs heureux...Elle tends une main...

-Ce n'est pas finit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://doomstars.darkbb.com/fiches-valides-f5/astride-etoile-du-
Andréa

avatar

Nombre de messages : 280
Âge du perso : 268 ans
Date d'inscription : 24/01/2007

Synthèse
* Constellation protectrice *: Balance
* Pouvoir Astral *: Manipulation des Ombres et de la Lumière
Particularité:

MessageSujet: Re: Oubli, petite fille...(Suite Fatécieuse destinée )   14.10.07 19:49

La jeune femme ondule comme un ruban fin dans un vent de musique, un mouvement léger anime son corps tout entier habité par la fête de Sîn, par sa mélodie envoûtante, captivante, ensorcelante. Il la voit devant lui se laisser emporter, transporter par une énergie mouvante, un flux vital rythmé par les pulsations des tambours. Il sent un frisson parcourir son corps, comme une impulsion dicté par la mélopée transcendante, comme pour lui signifier qu’à l’appel de l’oubli nul ne résiste, pas même les plus vieux et les plus sages esprits. A l’appel de la voix chantante de Sîn répond toujours l’instinct le plus primaire, et le corps se meut sans même que l’esprit songe à contredire ce mouvement primitif, réflexe spontané, écho de cette musique qui se dilue dans le sang et l’âme et possède le corps tout entier.

Elle le salue à son tour, sans cesser sa valse ondoyante. Elle parvient à poser des mots sur ses sensations, sur son éveil à la vie, avec une aisance étonnante. Elle exprime si bien ce qui vient de lui arriver, bien plus lucide sur sa renaissance que la plupart des danseurs qui ce soir ne réalisent même pas ce que leur offre cette fête. Les mots, il y a longtemps qu’Andréa a apprit à les économiser, à les penser plutôt qu’à les prononcer, à s’exprimer brièvement et simplement. Il y a longtemps que ses phrases ne ressemblent plus à celles que vient de prononcer la jeune femme.

« Sait-on jamais ce que signifie le mot vivre… Ce soir tous croient le savoir, et au matin il ne leur restera plus qu’un souvenir de cette vie éphémère que leur offre leur Reine. »

Son regard s’illumine d’une étrange étincelle de malice. Astéride est une Reine bien plus généreuse que lui, elle qui offre l’oubli dans ses fêtes, elle qui invitent les âmes perdues à retrouver un peu d’elles mêmes dans l’extase d’une nuit, elle qui offre la vie, comme une mère bienveillante, à ses enfants du peuple. Lui n’a pas cette compassion, lui n’a pas cet amour. Les humains, il a trop souffert de leur ambition dévorante, de leur cupidité et de leurs rêves meurtriers. Les seules âmes qu’il veut encore sauver aujourd’hui sont celles de ses frères et sœurs. Les Etoiles.

Mais ce soir, Andréa oublie un peu de sa rancœur, il accepte de considérer ce peuple innocent, d’ôter de leurs épaules ses accusations perpétuelles. Il accepte de voir que cette plèbe souffre elle aussi. C’est pardon éphémère, car il a la rancune tenace, l’Ancien. Et puis dans les cheveux bruns de cette danseuse, dans son regards illuminés, dans sa féminité débordante et dans son cœur battant, il retrouve un peu de ce qu’il a aimé autrefois, dans d’autres jeunes femmes, en d’autres temps. Elles se ressemblent toutes, les femmes lorsqu’elles sont heureuses. Lorsque la joie peint sur leur visage les sourires les plus lumineux de ce monde de ténèbre. Comment lui en vouloir alors, à cette colombe qui s’illumine, comment lui en vouloir d’être née humaine ?

Du coin de l’œil il voit Astéride s’éloigner d’eux et fendre soudain la foule. Sans doute le jeune homme s’est-il noyé dans cette foule mouvante, sans doute va-t-elle a nouveau apporter son aide et sa lumière. Sans doute… Mais il ne s’attarde pas plus et reporte son attention sur Raïden.
Sa main s’élève dans l’air chaud et lourd du hangar, ses doigts fins cherchent et trouvent leurs homologues graciles et fébriles, il attrape au vol un poignet qui s’agite au rythme des percussions. Leurs paumes se rencontrent, s’effleurent et s’épousent. Il tient entre ses doigts, avec douceur et sans la retenir, la main légère de Raïden. D’un pas il s’approche, la dominant soudain de toute sa hauteur, de son aura masculine, pleine de sagesse et d’un certain mystère, comme un voile léger sur ses secrets. Mais toujours la douceur de son regard et la courbe espiègle de ses lèvres atténue la suprématie écrasante qui émane de lui.

« M’accorderais-tu une danse ?... »

Il la tutoie, car ici le vous n’a pas sa place. Lui, l’Etoile centenaire n’est ici rien qu’un homme qui veut apprendre à vivre, ignorant sciemment qu’il a déjà bien trop vécu pour renaître ce soir. Sa voix douce comme la soie des draps défaits caresse la peau dévoilée, son souffle glisse et effleure l’épiderme de la jeune femme. Dans son œil unique se bousculent des éclats de rire. C’est un jeu auquel il n’a plus joué depuis tant d’années… C’est comme si il retrouvait un peu de la jeunesse que son corps laisse paraître. L’oubli pour lui prendra ce soir la forme du passé, d’une jeunesse audacieuse qu’il a depuis longtemps perdue. Il penche un peu la tête et vient murmurer au creux de l’oreille de sa cavalière :

« Mais je dois t’avouer que je n’ai plus danser depuis au moins deux siècles ! »

Sur un ton de plaisanterie il avoue ses vérités sans en avoir l'air. Les accents rieurs de sa voix ne laissent en rien deviner la véracité de ses paroles. Et pourtant, cela fait véritablement plus de deux siècles qu’il n’a plus dansé...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://doomstars.darkbb.com/fiches-valides-f5/andra-etoile-de-la
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Oubli, petite fille...(Suite Fatécieuse destinée )   08.11.07 19:18

Le monde extérieur n'est plus, happé, submergé par la magie cependant sournoise et perfide qui règne entre les murs de ce vieux hangar. Derrières ces portes se trouvent le monde réel, âpre et cruel, où pas un de ceux présents ce soir ne parviendra jamais réellement à trouver sa place nià âtre heureux. Dehors régne la confusion, la peur et même parfois la terreur. Dehors se confrontent tant de mondes, tant de peuples différents ! Des gens qui ne pourront sans doutes jamais s'entendre ni vivre en harmonie et qui se déchireront faute de savoir se parler, s'écouter et se comprendre. L'espace d'une seconde, les yeux de la colombe s'assombrissent alors que son esprit se remet à divaguer, que la musique lancinante des tambours se fait plus lointaine, et qu'apparait devant ces yeux le visage de son cher Anaël... Anaël... Une étoile... Sa bonne étoile... Un être pourchassé, traqué pour une nature qu'il n'a pas choisie ! Pourquoi tant de convoitise et tant de haine ? Pourquoi la vie ne pourrait elle pas être une fête éternelle, une ôde permanente à la vie comme cette nuit ci ? Raïden sentait déjà son coeur se serrer à l'idée de ce que serait de nouveau sa vie dans quelques heures à peine et une larme commençait à perler aux bords de ses orbes ambrées mais déjà la fête la ratrappe, venant l'étreindre à nouveau.

Mais tout d'un coup la fête change de visage. La musique continue de pulser et de propager ses vibrations enivrantes à la foule enivrée mais quelque chose à changé. Alors que les doigts de la colombe se laissent doucement saisir et glisser entre ceux de cet homme mystérieux et au charme troublant, un souffle de calme semble venir envellopper la jeune femme. Raïden ne danse plus, son corps s'immobilisant un instant pour mieux observer cet homme à la stature impressionnante mais dont il émane une douceur et une force qui la fascinent tout de suite. Elle ne sait pas qui il est et elle s'en moque éperdument. Le tigre de tout à l'heure était l'archétype de la virilité dans toute sa splendide brutalité et animalité. Cet homme est l'image même de la virilité dans toute sa complexité et sa profondeur. Raïden le trouve beau, pas seulement pour ces traits si fins et gracieux, mais surtout pour cette aura de mystère et de force qui l'entoure. Laissant ses orbes ambrées glisser lentement vers son regard elle laisse un franc mais bien timide sourire s'épanouir sur ses lèvres. Laissant ses doigts couler un peu plus entre ceux de son partenaire, elle s'approche lentement de lui et se hissant sur la point des pieds, lui murmure à l'oreille d'une voix tendre et sereine :


- " Dansons donc... Fais moi danser et montres moi donc une autre facette de cette vie que j'expérimente ce soir pour la première fois. Peu m'importe qu'elle ne soit qu'éphémère ou illusoire... Peu importe que demain elle ne soit plus que souvenirs embrumés... Là, maintenant, elle est réelle et je veux la vivre et y succomber autant que faire se peut... Demain m'importe peu ! Je veux vivre içi et maintenant... Demain peut bien attendre... "


Puis Raïden serre avec une infinie douceur la main de cet étranger et l'entraîne se perdre avec elle au milieu de cette foule dont elle ne voit plus ni les visages ni n'entend plus les murmures et les cris. Même Tri et le nouvel arrivant ne comptent plus pour elle. Raïden ne voit plus que cet homme envoutant avec qui elle s'enferme dans une étrange sphère. Elle sourit en repensant à sa dernière phrase : il n'a pas dansé depuis plus de deux cent ans ? Elle n'avait jamais dansé avant ce soir...

Elle ne le connait pas mais ne s'en préoccuppe pas. Elle ne voit qu'un homme qui semble, tout comme elle, avoir tellement envie ou presque même besoin de renaitre lui aussi, de s'éveiller à la Vie. Alors qu'ils s'éveillent ensemble !

La musique n'est plus que murmure au rythme duquel la colombe s'offre. Les corps des deux êtres se frôlent, s'épousent un instant pour mieux se perdre par la suite. Leur peux se touchent et se caressent en toute innocence. Par moments, leurs visages sont si proches que leurs souffles se mêlent. Räiden danse et oublie tout. Etrange ballet auquel se livrent ces deux là... La femme épanouie et pleine d'assurance qu'elle se découvrait être, quelques instants seulement auparavant, se fait soudain plus réservée devant cet homme si... majestueux. Raïden s'abandonne à l'ivresse de cette danse, laissant son compagnon la guider, la mener jusqu'au bout de la nuit. Elle oublie et pourtant une étrange sensation s'empare bientôt d'elle. Ce bien être qu'elle ressent dans les bras de cet homme, cette aura si intense qui émane de lui... Tout cela ne cesse de la ramener à son cher et si tendre Anaël sans qu'elle parvienne à en saisir la raison. Tentant de chasser le visage de son ami de son esprit Raïden ferme les yeux et s'approche un peu plus de l'homme venat presque se blottir contre son torse. Les mains de la jeune femme s'élèvent dans les airs et viennent presque spontanément se poser autour du cou du jeune homme. Puis son regard tendre où pointe un soupçon de curiosité se pose sur son partenaire. Sans même qu'elle puisse retenir ces quelques mots, ses lèvres s'entrouvrent légèrement et murmurent, comme on l'eut fait d'un secret :


- " Qui es tu ? Qui es tu donc ? "


Mais, alors même que ses paroles résonnaient si faiblement dans l'agitation du hangar, Raïden regrette de les avoir prononcées. Elle ne veut pas savoir, peut être même sent elle qu'elle ne doit pas savoir. Que savoir serait se perdre à jamais dans un monde où elle ne trouve déjà pas sa place...

Alors la colombe secoue ses longs cheveux bruns et sourit , comme gênée... S'éloignat un tant soit peu de son charmant partenaire, elle laisse son regard presque inquiet l'observer puis, revenant vers lui, elle se lova dans ses bras et posant délicatement son index sur les lèvres de l'homme, elle ajouta simplement :


- " Oublies ma question... Je ne veux pas savoir... Cette nuit doit être celle de l'oubli et non celle des révélations ! Qui que tu sois, accordes moi la grâce de me faire encore danser ! Qui que tu sois, entraînes moi dans ton univers... Qui que tu sois, et si tu le souhaites, oublions donc ensemble et ce soir, ce que sera demain... "
Revenir en haut Aller en bas
Joaquim
.:: Reflet d'Etoile ::.

.:: Reflet d'Etoile ::.
avatar

Nombre de messages : 61
Date d'inscription : 01/10/2007

Synthèse
* Constellation protectrice *: Boussole
* Pouvoir Astral *: Qu'une voix vous guide.
Particularité:

MessageSujet: Re: Oubli, petite fille...(Suite Fatécieuse destinée )   11.11.07 14:50

Bam Bam Bam

Et le cœur tremble. Et le cœur vibre. Et le cœur bat.

Bam Bam Bam


Et la musique tremble. Et la musique vibre. Et la musique bat.


Bam Bam Bam

Les musiciens battent l’air des vibrations mélodieuses, harmonieuses, de leurs instruments.
Les danseurs frappent l’air des vibrations et courbes harmonieuses de leur corps.

Les êtres dansent. Les êtres vivent. La musique les transporte et les enivre. La sueur perle sur les corps. La chaleur envahit le hangar. Un plaisir sensuel coule dans les veines. Des désirs charnels caressent les peaux.


Folies, musique et harmonie dans le chaos.

La vie continue, la vie vibre, la vie bat, dans ce hangar, dans ce lieux fermé, coupé de la nuit, pour un temps, pour un moment, pour une musique, une fête, une seconde de répit. Coupés du froid, de la tristesse, de la vie de l’extérieur, de la vie réelle, de la vie quotidienne, ils se laissent aller à n’être plus que des corps transportés, envoûtés, vibrants, dansants, embrassant, caressants, chancelant, dansants.

N’être que des corps loin du désespoir du monde.

Et Joaquim tremble encore, il vibre contre le sol percuté et oublié. Les menaces se rapprochent et s’éloignent, comme des vagues sur le sable. Un pied le frôle, l’avertit, prépare et menace le piétinement. Mais Joaquim ne bouge pas. Joaquim fixe le plafond et sent son corps bouillonner, son cœur tambouriner, et ses larmes couler alors que le cristal de la voix de sa sœur se met à résonner à ses oreilles.


" Jo’, prend-moi dans tes bras ! Fais-moi danser s’il te plaît. Je veux tourner, et tourner et tourner. "

Sa petite sœur. Les yeux vert et rieur de la petite étoile apparaissent dans l’esprit de Joaquim, tellement vide, fatigué, ivre et chaud, qu’il ne parvient à les faire partir, qu’il n’arrive pas cette fois à ne pas les voir, à les oublier, à ne pas y penser.

Mais ils sont bientôt brisés en mille petits éclats brillants par une voix, une voix réelle cette fois, une voix présente à la fête, une voix qu’il a déjà entendu.

Il tourna la tête et observe la blonde de tout à l’heure. Il sent, il semble, que ce soit quelqu’un d’important, chef de cette bande de dépravés qui se perdent dans la musique vibrante pour oublier la tristesse et le ridicule de leur vie. Elle lui tend la main.

Joaquim ne la prend pas, mais se relève et plante ses émeraudes, dont une est en partie cachée, dans le ciel sombre du regard posé sur lui. Un air de dédain, presque de mépris, envahit, pas tout à fait malgré lui, son corps et son regard.

Il observe, la fixe dans les yeux, oubliant presque ceux qui vivent encore autour d’eux.


" Et quoi ? Il faut que j’attende quoi ? Il y a un suicide collectif après l’orgie ? "

Il détourne son regard et observe la pièce, essayant de percer à travers la foule dense.


" Il y a quelque chose à boire dans ce bordel? "

Il dirige à nouveau ses yeux dans le noir bleuté.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://doomstars.darkbb.com/tombeau-f44/joaquim-t31.htm
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Oubli, petite fille...(Suite Fatécieuse destinée )   

Revenir en haut Aller en bas
 
Oubli, petite fille...(Suite Fatécieuse destinée )
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» /!\ A ton tour, petite fille... fufufufufu...[PV Jena]
» Le 12 juin... Journal d'une petite fille ordinaire...
» Petite fille...
» La petite fille de Pavarotti...
» Un bien grand voyage pour une si petite fille [Pv Andrew]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Doom Stars :: 

.:: Tsel ::.

.: Ville Basse :.

 :: Les rues :: Hangar désaffecté
-
Sauter vers: